Que se passe-t-il à la fin de notre vie ?

Qu’est-ce qui se passe à la fin de notre vie? Voilà une très bonne question que de moins en moins de personnes se posent aujourd’hui. Pourtant, c’est une question extrêmement importante. Car savoir qu’après notre mort nous serons jugés selon l’amour de Dieu et du prochain que nous aurons vécu tout au long de notre vie sur la terre peut nous stimuler grandement à vivre dans l’amour à chaque jour. Voici une petite vidéo qui nous aide à mieux comprendre ce qui se passera à la fin de notre vie sur la terre.

« A notre mort, notre âme se séparera de notre corps. Et parce que l’âme est le principe de vie et d’unité dans un être vivant, le corps commence à se désagréger dès que l’âme est séparée du corps. Or, l’âme humaine est immortelle. Elle est spirituelle et c’est pourquoi elle ne peut pas se désagréger ou se casser. Après la mort, l’âme apparaît devant Dieu. Il lui sera rendu le bien et le mal que cet homme a fait. Ce processus, on l’appelle le jugement personnel: un sort est attribué à chacun. Cette assignation est définitive. Pour l’âme séparée, il n’y a plus de possibilité de changement. L’âme se tient devant Dieu comme elle est partie du monde. Les théologiens ont décrit cette fixité de l’état de l’âme avec l’image suivante: l’arbre qui tombe demeure étendu dans la direction dans laquelle il est tombé. C’est pareil pour l’âme et c’est pourquoi cela joue un rôle si une âme est partie de ce monde dans l’amour et l’amitié avec Dieu ou non. Après le jugement personnel, tout de suite après la mort, il y a le jugement dernier qui se situe à la fin des temps. Quand le monde et le cosmos périssent et tout ce qui est terrestre prend fin. Au jugement dernier, notre corps d’une façon transfigurée, aura part à notre destinée éternelle. Notre corps ressuscitera. Comment notre corps sera, cela est difficile à imaginer. Saint Paul compare notre corps terrestre et notre corps transfiguré avec un grain et la plante qui en résulte. Les deux sont d’une certaine façon la même chose, mais tout de même tout à fait différentes. Notre corps transfiguré sera donc tout autre, mais ce sera notre corps. Pourquoi notre corps devrait-il ressuscité puisqu’il est si terrestre? Mais il convient que le corps ressuscite, car nous ne sommes pas que des âmes. Mais nous sommes des êtres avec une âme et un corps. Le corps fait partie de ce que c’est être un homme. Voici un exemple parlant: quand je gifle quelqu’un, je ne peux pas dire: tiens, c’est mon corps qui a donné une taloche à ton corps. Non la gifle est donnée par une personne et elle est reçue par une personne. Le corps fait partie de la personne humaine. C’est pourquoi il est convenable que le corps qui avait part au bien et au mal de cette vie, est part aussi au sort éternel de l’homme. »

SOURCE: KTO

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 148 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la Mission italienne San Domenico Savio, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire