Mieux comprendre ce que signifie avoir la foi en Jésus

Homélie du 13° Dimanche Ordinaire B : Marc 5, 21-43

Résumé : L’évangile d’aujourd’hui nous présente deux beaux exemples de foi qui peuvent nous aider à mieux comprendre ce que signifie avoir la foi en Jésus Sauveur du monde.

La foi doit nous amener à développer une relation d’amitié avec le Seigneur

L’évangile d’aujourd’hui nous présente deux beaux exemples de foi qui peuvent nous aider à mieux comprendre ce que signifie avoir la foi en Jésus, Sauveur du monde. Le premier exemple est celui de la femme qui souffrait de perte de sang depuis douze ans. Elle avait essayé tous les moyens pour guérir (saint Marc nous dit même qu’elle avait dépensé tout son argent chez les médecins sans résultat). Quand elle entend parler de Jésus, elle n’hésite pas, tout de suite elle croit que Jésus pourra la guérir : « Si je réussis seulement à toucher son vêtement, je serai sauvée. » Ceci est un très bel exemple de foi toute simple. Mais si l’histoire s’arrêtait ici, on pourrait penser que la foi consiste seulement à croire sans avoir aucun doute que Dieu peut exaucer nos désirs profonds. Mais Jésus nous montrera que la foi est beaucoup plus que cela. En fait, lorsque Jésus sent une force de guérison sortir de lui, il demande : « Qui m’a touché? » En ce faisant, Jésus veut signifier qu’il désire rencontrer personnellement celle qui a reçu le don de la guérison car il veut initier une relation d’amitié avec cette femme. Cela nous montre que pour Jésus, la foi n’est pas simplement comme une pensée magique qui nous permet de recevoir des choses qui sont au-delà de nos possibilités humaines. Selon Jésus, la foi chrétienne doit nécessairement nous amener à faire une rencontre cœur à cœur avec le Seigneur qui nous conduit à un cheminement dans l’amitié avec Lui. Alors peu à peu, la confiance en Dieu grandira et nous développerons une amitié de plus en plus profonde. Ainsi, dans l’évangile, quand la femme sort de la foule, elle se jette aux pieds de Jésus pour confesser toute la vérité de sa vie. Elle sort ainsi de l’anonymat et ouvre son cœur au Seigneur. Elle peut ainsi entrer dans une communion d’amitié et de confiance avec Lui. Jésus confirmera sa foi en disant : « Ma fille, ta foi t’a sauvée. Va en paix et soit guérie de ton mal. »

Jésus accomplit des guérisons pour annoncer sa résurrection et la nôtre

Le deuxième exemple de foi vient du chef de la synagogue Jaire qui avait une fille très malade qui risquait de mourir. Il dit à Jésus : « Viens lui imposer les mains afin qu’elle soit sauvée et qu’elle vive. » Comme on peut le voir, Jaire avait une grande foi en Jésus. Mais quand les gens de sa maison viennent lui annoncer que sa fille est déjà morte et qu’il inutile de déranger le Maître, Jésus répond : « Ne crains pas, crois seulement. » Ainsi, Jésus veut nous montrer qu’il n’est pas venu uniquement pour nous guérir de maladie physiques mais surtout pour nous libérer de la mort éternelle de l’âme.

La foi doit nous amener à préférer croire Jésus plutôt que ce que disent les gens autour de nous

Quand Jésus arrive à la maison de Jaire, il dit : « Pourquoi cette agitation et ces pleurs ? L’enfant n’est pas morte : elle dort. » Le miracle que Jésus s’apprête à faire sera un signe pour annoncer sa propre résurrection et la nôtre. Ainsi, pour Jésus, la mort ne signifie pas la destruction totale de notre être mais elle est plutôt comme un sommeil mystérieux. Jésus réveillera la fillette du sommeil de la mort. Ici, nous avons l’occasion de vérifier si nous avons vraiment la foi en Jésus. Car, la foi en Jésus consiste à préférer croire la Parole de Jésus plutôt que nos jugements ou pensées personnels. Les gens autour de Jaire croyaient que la fillette était morte tandis que Jésus disait qu’elle n’était pas morte mais endormie. Si nous avions été présent sur place, qui aurions-nous crû? Les gens qui pleuraient la mort de la fillette ou Jésus qui annonçait qu’elle était en vie? Souvent, les apparences semblent contredire la Parole de Jésus. Par exemple, quand à la dernière Cène Jésus dit en prenant du pain : « Prenez, ceci est mon Corps … ceci est mon Sang … » mais en fait, les apôtres ne voyaient que du pain et du vin. Les apôtres avaient un choix à faire : ou bien ils croyaient leurs sens qui leur indiquaient le pain et la coupe de vin que Jésus tenait dans ses mains, ou bien ils croyaient la Parole de Jésus qui est Vérité qui ne peut se tromper et nous tromper. Ainsi, la foi en Jésus c’est préférer croire Jésus sur Parole parce que ce qu’il dit est la Parole de Dieu qui peut créer ce qu’elle dit comme lors de la Création du monde : « Dieu dit que la lumière soit et la lumière fût ».

La foi, pour grandir et se renforcer, doit être alimentée par le Pain de l’Eucharistie

Enfin, tout de suite après avoir ressuscité la fillette, « Jésus leur dit de la faire manger ». Ce détail peut paraître anecdotique, mais il montre toute la délicatesse de l’amour de Jésus qui se préoccupe du bien des personnes dans tous ses détails. D’ailleurs, on peut aussi voir ici une signification spirituelle à cette parole. Ainsi, Jésus nous dit symboliquement que celui qui passe de la mort à la vie par le baptême doit ensuite s’alimenter à la table eucharistique. Car la vie nouvelle reçue au baptême doit être renforcée par le Pain eucharistique pour être en mesure de donner tous ses fruits.

Donc, demandons au Seigneur que nous puissions prendre tous les moyens afin d’approfondir et renforcer notre foi afin d’être en mesure d’en témoigner à nos frères et spécialement à ceux qui doutent ou qui cherchent le sens de leur vie. 

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 148 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la Mission italienne San Domenico Savio, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire