Il nous faut employer ce que Dieu nous a donné

Du livre: "En chemin vers l'Essentiel: Les 5 Essentiels de la vie en Christ"

disciple de jésus

Résumé : Il nous faut employer ce que Dieu nous a donné. C’est pourquoi, découvrons la F.O.R.M.E. de notre personnalité et développons-la.

Il nous faut employer ce que Dieu nous a donné : Dieu a droit au meilleur de nous-mêmes

« Nous formons un seul corps dans l’union avec le Christ et nous sommes tous unis les uns aux autres comme les parties d’un même corps » (Romains 12.5). Dieu a droit au meilleur de nous-mêmes. Il nous faut employer ce que Dieu nous a donné. Nous avons vu comment est constitué notre « Forme » et combien elle est unique. Si nous essayons de servir le Seigneur dans un domaine pour lequel nous n’avons pas été préparés, nous ne serons pas heureux et nous ne rendrons pas les autres heureux. Il nous faut donc découvrir notre forme, apprendre à la connaître, à l’accepter, à l’apprécier, puis à la développer jusqu’à ce qu’elle atteigne son plein potentiel.

Il nous faut employer ce que Dieu nous a donné : Découvrons la forme de notre personnalité

Commençons par évaluer nos forces et nos ressources. Faisons une liste de nos points faibles, en tendant à une sage appréciation de nous-mêmes. Demandons l’avis de personnes de confiance : amis, parrains … en leur expliquant que nous ne cherchons pas la flatterie, mais la vérité. Si nous pensons être un bon chanteur et que les autres attestent que nous ne chantons pas si bien, ils ont probablement raison! Nous avons d’autres talents. Demandons-nous : quels fruits ai-je portés, où ai-je eu du succès? Généralement, plus on mûrit, plus nos capacités grandissent. Pour discerner celles que nous devons mettre en œuvre, il n’y a rien de tel que de servir dans divers domaines. Commençons par servir, et nous connaîtrons nos forces et nos dons! Tenons compte de l’orientation de notre cœur et de notre manière d’être.

Demandons-nous : Qu’est-ce que je préfère faire, quand est-ce que je ne vois pas passer le temps lorsque je réalise tel service? Est-ce que j’aime la routine ou le changement, suis-je plutôt rationnel ou intuitif? Est-ce que je préfère travailler seul ou en équipe? Faisons part de nos réflexions à un ami et demandons-lui son avis. Analysons nos expériences pour en tirer des leçons. Repensons à notre vie et aux événements qui nous ont marqués. Lorsque nous sommes dans la tourmente ou l’exaltation, nous comprenons rarement comment Dieu peut se servir de notre expérience. Après coup, avec du recul, nous réalisons l’opportunité que cela peut être. Il faut du temps pour tirer les leçons de nos expériences. Prendre un week-end de récollection (où l’on re-collecte ce que l’on a vécu) peut être pertinent.

Il nous faut employer ce que Dieu nous a donné : Acceptons et apprécions la F.O.R.M.E. de notre personnalité

Nous n’avons pas à juger la forme de notre personnalité. On aurait tous préféré qu’un aspect de notre personnalité soit différent, mais c’est avec tout ce que nous sommes que Dieu compte sur nous! Accepter notre personnalité, c’est aussi accepter nos limites. Personne n’est doué pour tout, c’est pourquoi nous avons besoin les uns des autres, nous avons besoin de tous les talents, de toutes nos différences. Notre personnalité détermine notre spécialité. Lorsque nous essayons de servir en dehors de ces limites, nous vivons une tension incessante. Notre tentation, c’est de comparer notre ministère à celui des autres, et de chercher à adapter notre ministère à celui des autres. Chaque fois que nous perdons notre joie de servir, demandons-nous si ce n’est pas à cause de l’une de ces deux tentations.

Nous ne devons jamais comparer notre personnalité, notre ministère ou son fruit avec celui des autres. D’une part, nous trouverons toujours quelqu’un qui semble travailler mieux que nous, ce qui peut décourager; d’autre part, nous trouverons toujours quelqu’un qui semble moins efficace que nous, ce qui peut encourager l’orgueil.

Il nous faut employer ce que Dieu nous a donné : Continuons à développer la F.O.R.M.E. de notre personnalité

Dans la parabole des talents, Jésus nous montre que Dieu s’attend à ce que nous tirions le maximum de ce qu’Il nous donne. Nous devons développer nos dons, garder notre cœur brûlant, former notre caractère, notre personnalité, et faire des expériences nouvelles afin d’être au service du Seigneur. Si nous ne nous entraînons pas, nos muscles faibliront. Il en va de même avec les dons de Dieu. Ne nous contentons pas d’un don à moitié développé, mais cherchons à faire des progrès, ne manquons aucune occasion de développer notre personnalité et d’améliorer nos capacités.

Idée à méditer :

Dieu a droit au meilleur de moi-même.

Verset pour accompagner ma journée :

« Nous sommes un seul corps dans le Christ, et membres les uns des autres, chacun pour sa part. Et selon la grâce que Dieu nous a accordée, nous avons reçu des dons qui sont différents » (Romains 12.5-6a).

Questions à me poser :

Je demande à mes proches quelles sont mes talents, mes dons, mes aptitudes?

 

AVEC L’AIMABLE AUTORISATION DE L’AUTEUR

SOURCE : P. Jean-Hubert Thieffry et Coll., En chemin vers l’Essentiel : Découvrir et mettre en pratique les 5 Essentiels de la vie en Christ, Édité par Motivé par l’Essentiel, 2019, pp. 108-110.

Imprimer

Soyez le premier à commenter