Dans ma recherche du bonheur, quelle place a Dieu?

Pourquoi refuser l'invitation du Seigneur au bonheur?

Le Seigneur nous donne un choix à faire

RésuméDans ma recherche du bonheur, quelle place a Dieu ? Dieu nous invite tous au banquet de l’Eucharistie : signe et gage de bonheur Éternel.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (22, 1-10): « En ce temps-là, Jésus se mit de nouveau à parler aux grands prêtres et aux pharisiens, et il leur dit en paraboles : « Le royaume des Cieux est comparable à un roi qui célébra les noces de son fils. Il envoya ses serviteurs appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient pas venir. Il envoya encore d’autres serviteurs dire aux invités : ‘Voilà : j’ai préparé mon banquet, mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgés ; tout est prêt : venez à la noce.’ Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce ; les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent. Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes, fit périr les meurtriers et incendia leur ville. Alors il dit à ses serviteurs : ‘Le repas de noce est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes. Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce.’ Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

Dans ma recherche du bonheur, quelle place a Dieu ? Est-ce que je crois que Dieu m’invite à entrer dans son Bonheur Éternel?

Mettons-nous en situation de vie quotidienne : le facteur passe à votre porte et il vous remet un courrier recommandé. C’est une grande enveloppe qui a un timbre de le Grande Bretagne. Vous êtes intrigué, vous ouvrez l’enveloppe et vous trouvez un faire-part solennel disant : « Sa Majesté la Reine Elisabeth II vous invite cordialement aux noces de son petit-fils, le Prince Harry. Vous n’en croyez pas vos yeux. Alors, vous avez maintenant une décision à prendre : soit que vous croyez que cette invitation est authentique et alors vous sentez la joie surgir en vous. Déjà vous imaginez la fête somptueuse avec le grand banquet, le spectacle grandiose et la rencontre avec les plus grandes personnalités du monde entier. Ou bien, vous ne croyez pas à l’authenticité de ce faire-part et vous le jetez à la poubelle. Ou bien, vous croyez que ce n’est pas un canular mais vous n’êtes pas du tout intéressé à participer à ces noces puisque vous n’avez rien en commun avec la famille royale d’Angleterre et que vous ne reconnaissez pas son autorité.

Dans ma recherche du bonheur, quelle place a Dieu ? Comment expliquer le refus de l’homme à l’invitation de Dieu?

Vous avez compris que cette mise en situation inventée de toute pièce est en fait une actualisation de la parabole de l’évangile d’aujourd’hui. Quand on y réfléchit un peu, le refus des gens à l’invitation du roi est très étonnant. « Ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce … ». Comment expliquer un tel refus? Selon moi, leur refus peut être interprété ainsi : ces personnes ne reconnaissaient pas le roi comme le leur. Pour eux, ce roi était un étranger qu’ils ne connaissaient pas. Comme vous pouvez le deviner, cette parabole de Jésus a comme objectif de nous parler de l’invitation de Dieu au salut éternel dans le Royaume des Cieux. Or, lorsque nous regardons notre vie quotidienne, nous pouvons voir que nous refusons souvent les invitations du Seigneur pour diverses raisons : nous invoquons notre manque de temps parce que nous sommes trop occupés par notre travail, notre vie sociale, nos divertissements et nos loisirs. Mais en réalité, si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, nous devons avouer que Dieu n’a pas vraiment d’importance pour nous. Nous le considérons comme un étranger et non pas comme notre Père duquel nous devrions espérer notre bonheur dès ici-bas. Malheureusement, nous nous faisons attraper par notre monde matérialiste qui cherche son bonheur en lui-même, c’est-à-dire dans ses richesses, ses plaisirs et ses activités. Nous ne croyons pas que Dieu puisse nous rendre heureux. C’est pourquoi nous voulons construire notre bonheur sans Lui.

Dans ma recherche du bonheur, quelle place a Dieu ? Saint Paul est un bon exemple de quelqu’un qui a trouvé le bonheur en Dieu

Au contraire, l’Apôtre saint Paul nous donne un bel exemple d’un homme qui a trouvé la clé du bonheur et de la vraie liberté dans le Christ Jésus. Ainsi, pour saint Paul, son bonheur ne dépendait pas des richesses matérielles, ni des circonstances extérieures de la vie. C’est pourquoi il pouvait affirmer : « Frères, je sais vivre de peu, je sais aussi être dans l’abondance. J’ai été formé à tout et pour tout : à être rassasié et à souffrir la faim, à être dans l’abondance et dans les privations. Je peux tout en celui qui me donne la force. »  Or, la bonne nouvelle aujourd’hui est que nous sommes tous invités à la Fête de l’Amour Eternel de notre Père du Ciel. Pour entrer dans cette fête, il n’y a qu’une seule condition : porter le vêtement de noce. Quel est ce vêtement ? Si vous remarquez dans la parabole, seul le Roi s’aperçoit que l’homme ne porte pas le vêtement de noce. Pourquoi ? Parce que ce vêtement est invisible aux yeux de chair puisqu’il est spirituel. En fait, pour entrer dans la fête de l’Amour de Dieu, il nous faut revêtir notre cœur du désir de croire, d’espérer et d’aimer l’Amour de Dieu. Au fond, le vêtement de noce, c’est Jésus lui-même qui a vécu parfaitement dans l’Amour de Dieu son Père. Saint Paul disait dans sa lettre aux Romains : « Revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ (…) revêtez-vous de bonté, d’humilité, de patience. »

Dans ma recherche du bonheur, quelle place a Dieu ? Suis-je trop centré sur moi-même pour accepter l’invitation du Seigneur?

Donc, aujourd’hui Jésus nous invite par cette parabole à passer d’un monde centré sur lui-même au monde de l’Amour de Dieu qui peut seul nous donner la vraie joie centrée sur Jésus Christ. Comment répondrons-nous à l’invitation du Seigneur ? Si nous ne prenons pas au sérieux son invitation en privilégiant plutôt notre vie sociale et ses divertissements, alors, nous choisissons de ne pas entrer dans le Royaume de Dieu. Mais si nous croyons vraiment l’invitation du Seigneur au bonheur, nous déciderons de mettre au cœur de notre vie sa Parole afin d’en vivre dès maintenant en participant au banquet de l’Eucharistie. Alors, nous pourrons entrer déjà dans la Joie des noces du Royaume et être comblés par son Amour.

Questions pour le partage en petit groupe :

  • Après la lecture de ce texte, qu’est-ce qui monte dans mon cœur ?
  • Dans ma recherche du bonheur, quelle place a Dieu ?
  • Comment est-ce que j’explique que souvent je refuse l’invitation du Seigneur au bonheur?
  • Quel lien est-ce que je vois entre cette parabole et les cellules d’évangélisation ?
Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 234 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la Mission italienne San Domenico Savio, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire