« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le »

Homélie du 2° Dimanche de Carême A : Matthieu 17, 1-9

Source image: Clip "Miséricordieux comme le Père" de Richard Vidal in: WEBTÉLÉ ECDQ

Résumé : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le ». Le but de la vie chrétienne est de nous mettre à l’écoute du Christ pour devenir comme Lui.

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le » : But de la vie chrétienne

Je m’imagine que beaucoup parmi nous ont déjà pris l’avion au moins une fois dans leur vie. Vous avez probablement remarqué que lorsque vous montez dans l’avion, on peut voir le pilote et son copilote dans leur poste de pilotage qui sont très affairés. Qu’est-ce qu’ils font ? Ils font le « check up ». C’est-à-dire, ils font la vérification de l’exploitation de tous les éléments de l’avion et ils vérifient le plan de vol afin de s’assurer que l’avion arrive à destination. Et bien, pendant le Carême, l’Église veut nous aider à faire le « check up spirituel » de notre vie chrétienne afin que nous puissions arriver à destination, c’est-à-dire que nous puissions la réussir.

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le » : Car Jésus est beaucoup plus qu’un prophète

Or, dans ce « check up chrétien », l’une des premières questions que nous pouvons nous poser est : qu’est-ce qu’un chrétien ou en d’autres termes, quel est le but de la vie chrétienne ? Il est important de nous poser cette question fondamentale parce que souvent nous ne nous entendons pas toujours sur ce qu’est un chrétien et quel est le but de la vie chrétienne ? Souvent, je pose ces questions aux parents qui désirent un sacrement pour leur enfant et ils ont du mal à répondre. Ils disent par exemple : un chrétien, c’est quelqu’un qui croit en Dieu. Mais je leur ai dit : c’est vrai, mais ce n’est pas suffisant parce que les musulmans croient aussi en Dieu. Qu’est-ce qui nous distingue alors en tant que chrétiens ? Après un certain temps, ils en viennent à parler de Jésus-Christ. Ainsi, si nous sommes chrétiens, c’est parce que nous croyons en Jésus-Christ. Mais qu’est-ce que cela signifie de croire en Jésus-Christ ? La réponse se trouve dans l’Évangile d’aujourd’hui : la transfiguration de Jésus sur la montagne nous enseigne que Jésus n’est pas n’importe quel homme. Nous croyons que Jésus est le Fils de Dieu. Notre foi est basée sur le témoignage même de Dieu : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! » Le Père nous dit : « Écoutez-le ! » C’est pourquoi Jésus a dit :« Celui qui me voit, voit le Père. » La transfiguration de Jésus montre la Gloire de l’Amour de Dieu sur son visage humain.

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le » afin que nous puissions devenir Dieu (Saint Irénée de Lyon)

Mais peut-être pourrait-on dire : « Qu’est-ce que cela change pour nous que Jésus soit le Fils éternel du Père ? » En fait, cela change beaucoup de choses que Jésus soit Dieu et non pas simplement un homme prophète de Dieu.  Saint Irénée de Lyon a dit un jour : « Dieu s’est fait un homme comme nous afin que nous puissions devenir Dieu. » Par conséquent, le but de la vie chrétienne est de nous transformer spirituellement jusqu’à ce que nous devenions comme Jésus « Fils de Dieu » et ainsi que nous puissions refléter la Gloire de l’Amour de Dieu comme Jésus l’a fait. Cette transformation ne se fait pas d’un seul coup, mais elle se fait progressivement tout au long de notre vie.

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le » afin de découvrir que nous sommes tous aimés de Dieu notre Père

La vie chrétienne est un chemin de foi et d’amour qui nous amène à découvrir que nous sommes aimés par Dieu en tant qu’il est notre Père et que nous sommes ses enfants. Dans la première lecture, on lit :

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le » : l’exemple d’Abraham

« Le Seigneur dit à Abram : « Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, et va vers le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai, je rendrai grand ton nom, et tu deviendras une bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront ; celui qui te maudira, je le réprouverai. En toi seront bénies toutes les familles de la terre. »

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le » en risquant de quitter nos horizons connus

Abraham a fait l’expérience pendant sa pérégrination que Dieu était proche de lui et qu’il l’a guidé tout au long de son cheminement. Ainsi, si nous voulons découvrir l’Amour de Dieu notre Père, nous devons faire comme Abraham et quitter notre pays c’est-à-dire, nous devons prendre le risque de quitter nos horizons connus pour aller vers l’inconnu. Car vous savez, le Seigneur est comme un père qui veut aider son enfant à apprendre à marcher : il se met devant lui et l’appelle à prendre le risque de faire un pas en avant. Ainsi, le Seigneur nous appelle à vivre de nouvelles expériences de foi afin que nous puissions découvrir comment son Amour pour nous est toujours plus grand et plus merveilleux que nous ne l’imaginions auparavant. Par exemple, le Seigneur peut nous inviter à faire un pèlerinage ou à faire une retraite spirituelle ou à intégrer un groupe de prière.  Si nous acceptons son invitation à faire quelque chose de nouveau, alors le Seigneur nous surprendra et nous fera découvrir sa présence et son Amour d’une manière nouvelle. Nous approfondirons ainsi notre foi, notre espérance et notre charité.

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le » Écoutons-le spécialement lorsque nous recevons la communion eucharistique

Dans l’Évangile, tout le monde entendit la voix du Ciel qui disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! » Cette Parole du Père à l’égard de Jésus, a également été prononcée sur chacun de nous lors de notre baptême. Aussi, Dieu notre Père répète cette Parole chaque fois que nous communions avec son Fils dans la communion eucharistique.

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le » Écoutons-le afin de recevoir de Lui la consolation de nos peines

Quand on considère notre vie quotidienne avec tout son stress, ses labeurs, ses douleurs, ses soucis et ses maladies qui se reflètent souvent sur notre visage (pas de sourire, pâle, fatigué et blanc).  Si nous accueillons dans la foi cette Parole d’Amour de notre Père céleste, ce sera pour nous comme une vitamine spirituelle puissante et réparatrice qui nous consolera, nous fortifiera et nous libérera de tout ce qui nous écrase et éteint notre lumière intérieure. Cela paraîtra aussi sur notre visage et dans nos relations avec les autres.

Je vous invite donc aujourd’hui, après avoir reçu la sainte communion, à laisser cette Parole de Dieu descendre en vous : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! » Le Père nous dit : « Écoutez-le ! » Ainsi, la Présence lumineuse et réconfortante du Seigneur Jésus nous libérera de toute préoccupation et de tout chagrin. Nous pourrons alors rayonner sa Lumière de Paix et de Joie pour nos frères et sœurs.  C’est la grâce que je souhaite à chacun de nous aujourd’hui.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 270 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la paroisse St Enfant-Jésus de la Pointe-aux-Tremble, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire