2 conditions pour que le Salut de Dieu advienne

Homélie du 33° Dimanche Ordinaire B : Marc 13, 24-32

Source image: Clip: Miséricordieux comme le Père de Richard Vidal

Résumé : Il y a 2 conditions pour que le Salut de Dieu advienne : notre monde actuel avec ses idoles doivent disparaître et la carapace de notre cœur doit être brisée.

La « fin du monde » : terme historique et finalité de notre vie

Aujourd’hui, la Parole de Dieu nous rappelle que notre monde passera. Par conséquent, Jésus nous invite à regarder l’horizon de la fin des temps. Or, lorsque Jésus nous parle de la fin du monde et de son retour dans la gloire, il ne veut pas nous faire peur. Il ne faut pas penser que Jésus nous donne une description détaillée des événements qui se produiront à la fin de l’histoire humaine sur la Terre. En fait, la Parole de Dieu n’a pas l’intention de nous dire « comment la fin du monde adviendra réellement « . L’intention de la Bible n’est pas de nous dire le « comment cela se fera » (cela est le rôle de la science). La Parole de Dieu s’intéresse plutôt à la question du « pourquoi ». C’est-à-dire, quel est le sens de notre monde? En d’autres termes, parler de « fin du monde » dans la Bible, ce n’est pas tellement parler de son terme chronologique, mais c’est surtout parler de « la finalité de notre vie sur terre » et du but pour lequel nous vivons? Autrement dit, pourquoi vivons-nous sur la terre maintenant?

Saint Marc nous révèle 2 conditions pour que le Salut de Dieu advienne

Dans l’évangile, Saint Marc utilise un genre littéraire populaire en son temps: l’apocalypse. En fait, dans la Bible, il existe plusieurs genres littéraires: narration, poésie, histoire, roman, apocalyptique. Que veut dire « apocalypse »? Cela signifie « révélation ». Ce genre littéraire utilise des images impressionnantes de catastrophes naturelles pour représenter une création nouvelle qui vient de Dieu. Ainsi, l’apocalypse pourrait être traduite en termes simples tels que: « Un jour, le Ressuscité rassemblera tous les hommes pour les faire entrer dans le monde nouveau de Dieu « : c’est la fin du monde en termes simples. Or, il y a 2 conditions pour que le Salut de Dieu advienne :

1° Condition pour que le Salut de Dieu advienne : il faut que les « idoles » tombent

1° Condition : Le monde actuel doit disparaître: cette disparition de notre monde est signifiée à travers les phénomènes cosmiques décrits par Jésus, ce qui nous montre que la vie éternelle ne sera pas une vie semblable à notre vie actuelle qui est marquée par les cycles des jours solaires, le changement des saisons et d’années civiles. Notre vie souffre actuellement des effets de la vieillesse, de la maladie, de la souffrance et de la mort. Mais après la fin de ce monde, nous n’aurons plus les points de référence qui guident notre vie actuelle. C’est la signification spirituelle de la description « des étoiles tombant du ciel ». Puisque nous savons que particulièrement au temps de Jésus, les étoiles du ciel étaient les repères qui guidaient les navires sur la mer. Les « étoiles » représentaient également les faux dieux et les idoles de l’argent, du sexe, du pouvoir, des honneurs et de la gloire des stars du cinéma, du sport et du divertissement que les hommes se sont formées pour remplacer le seul et unique Dieu. Toutes ces « étoiles » disparaîtront lorsque la Lumière de la vérité et de l’amour du Vrai Dieu (Jésus-Christ ressuscité) apparaîtra dans la Gloire Divine. A ce moment, nous verrons la vraie nature de chacun de nous. Toutes les fausses apparences (mensonges, astuces, arnaques et tromperies) seront découvertes et tomberont.

2° condition pour le Salut de Dieu advienne : la carapace de notre cœur doit être brisée

2° Condition : Il faut que la carapace de notre cœur soit brisée car Dieu ne peut pas nous sauver si nous n’avons pas besoin de Lui. Saint Marc dit: « Après cette tribulation, le soleil s’assombrira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel et les puissances qui sont dans les cieux seront bouleversées. » Ainsi, pour accueillir le Salut de Dieu, il est nécessaire d’avoir expérimenté cette  » tribulation » qui peut causer en nous un grand « désarroi » afin de briser la carapace de notre cœur et le rendre ainsi plus sensible à l’amour de Dieu et de nos frères. En fait, ceux qui n’ont pas le sens de la gravité du péché et qui sont insensibles au manque d’amour envers Dieu et les frères, seront également insensibles au salut de Dieu qui leur est proposé. Ainsi, une conversion authentique à Dieu se produit lorsque nous reconnaissons que nous ne pouvons pas nous sauver nous-mêmes avec nos propres forces, nos vertus humaines et nos mérites. Dans l’histoire de l’Église, il y a eu de très nombreuses conversions qui ont eu lieu à l’occasion de situations humainement désespérées de grande souffrance?

Un exemple vécu de grande « tribulation » qui ouvre au Salut de Dieu

Un exemple: il y a quelques années, j’ai rencontré un Français qui avait mis tous ses espoirs de bonheur dans son couple. Et puis, après quelques années de mariage, son épouse l’a quitté pour aller vivre avec un autre homme. Cet événement a été pour lui la « fin du monde », une catastrophe qui a détruit sa vie. Mais il m’a témoigné que cet événement avait été aussi pour lui l’occasion providentielle de repenser sa vie afin de la reconstruire sur des bases plus solides. Cela a été l’occasion pour lui de placer le Seigneur Jésus vraiment au centre de sa vie. Il a ainsi trouvé en Jésus, l’amour pur, fidèle et vrai qu’il recherchait dans son épouse et il a donc finalement trouvé la paix et la joie intérieure.

Les « tribulations » de notre vie peuvent être des occasions pour nous d’accueillir le Salut de Dieu

Cet exemple nous montre que les épreuves de notre vie peuvent être pour nous un moyen utilisé par Dieu pour nous sauver. Cette vérité me fait penser à une petite histoire que j’ai lue il y a longtemps. Un jour, l’âne d’un fermier était tombé dans un puits profond. Le fermier se demandait quoi faire? L’homme a donc décidé d’enterrer son âne car il était déjà vieux et malade. Au début, chaque fois qu’il jetait de la terre sur l’âne, celui-ci criait de douleur. Mais au bout d’un moment, le fermier n’entendait plus rien. Alors, il a regardé dans le puits et il s’est aperçu qu’à chaque pelletée de terre qui tombait sur lui, l’âne se secouait vigoureusement et montait sur l’amoncellement de terre jusqu’à ce qu’il soit enfin capable de sortir du puits. Cette histoire nous enseigne qu’avec l’aide du Saint-Esprit, nous pouvons aussi secouer nos cœurs et nos esprits tentés par le découragement et la peur et surmonter ainsi chaque épreuve de la vie afin de recevoir le salut de Dieu.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 176 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la Mission italienne San Domenico Savio, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire