Témoignage: Dieu est dans nos vides

sens de l'Épiphanie
Le Père Guy Simard, omv, prêche en l'église Saint-Marcel, à Montréal.

Résumé : Voici un témoignage du père Guy Simard omv concernant une grande grâce qu’il a reçue récemment. Ainsi, il a découvert que Dieu est dans nos vides. Dieu se trouve précisément dans nos vides intérieurs.

Je considère avoir reçu ces jours-ci une grande grâce dans ma vie d’homme et de prêtre.

Je pense devoir cette grâce à ma sainte préférée, sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face et à deux amies. Une très bonne amie est en ce moment à Lisieux où elle vit une retraite sur sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. Cette amie et paroissienne (très impliquée en notre paroisse ici à Montréal), avant de partir pour la France, m’a écrit ce mot: « Merci pour vos bons souhaits de voyage! Je ne manquerai pas de parler de vous à la petite Thérèse que vous aimez tant. ». Or je crois que c’est chose faite.

Voici comment je vois les choses: Christiane (c’est le nom de cette amie), a parlé de moi à Thérèse, dans le lieu même où cette chère sainte a passé les neufs dernières années de sa vie: le Carmel de Lisieux. Thérèse a écouté la prière de mon amie et pour y répondre, elle s’est servie d’une autre de mes amies nommée Rosa Maria. Rosa Maria habite en Argentine; elle m’a envoyé hier le mot suivant:

« Il est nécessaire que le monde nous laisse au coeur un grand vide.

 Ce vide c’est la place de Dieu »

                                                                                 Dom A. Guillerand (Chartreux)

 

Cette citation est l’unique chose qu’il y avait dans le message de Rosa Maria. Rien d’autre.

Voilà un fruit de ce que l’Église catholique appelle la « communion des saints ». Ceux et celles qui vivent de la vie du Christ, sont tellement unis dans le mystère et par le mystère, qu’ils s’influencent les uns les autres à des dizaines de milliers de kilomètres de distance.

Depuis des années, j’éprouvais une grande difficulté à gérer les vides dans ma vie, ces vides ou ces « passages à vide »  que l’on ressent très souvent et même, je pense, à chaque jour. La plupart d’entre nous vivent quotidiennement des moments de vide intérieur, de baisse de régime, de lassitude et souvent nous avons de la difficulté à gérer cela. Certains cherchent alors une compensation dans l’alcool, la drogue, la nourriture, la pornographie, le jeu pathologique, le travail à l’excès, etc.

Grâce à mes trois amies, Dieu vient me révéler que c’est précisément dans ces moments-là qu’Il est le plus près de moi, qu’il s’approche de moi et qu’Il me supplie en quelque sorte de recourir à Lui, de me plonger en Lui car c’est là qu’Il se trouve par excellence. C’est là qu’Il se laisse trouver au mieux, c’est là qu’est sa place; TELLE EST LA PLACE DE DIEU :

 

« Il est nécessaire que le monde nous laisse au coeur un grand vide.

                          Ce vide c’est la place de Dieu »

                                                                                   Dom A. Guillerand (Chartreux)

 

Cette phrase de Dom A. Guillerand, je l’ai mise dans la note au bas de mon avant dernier blogue que j’ai écrit hier et qui portait sur le Saint Suaire. J’y ai ajouté cette strophe d’une hymne que l’on retrouve dans le bréviaire :

HYMNE : À LA MESURE SANS MESURE

CFC — CNPL

À la mesure sans mesure

De ton immensité,

Tu nous manques, Seigneur.

Dans le tréfonds de notre cœur

Ta place reste marquée

Comme un grand vide, une blessure.

 

Merci mon Dieu, merci Thérèse, merci Christiane et merci Rosa Maria.

Imprimer
Guy Simard
A propos Guy Simard 27 Articles
Guy Simard est un Oblat de la Vierge Marie. Il est curé de la paroisse Saint-Enfant-Jésus-de-la-Pointe-aux-Trembles et il a écrit plus de 850 textes sur son propre blogue, Dieu ma joie.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire