Le Pape François parle aux jeunes du monde entier

Cet article est numéro 1 d'une série de 2 Christus vivit

Résumé : Le Pape François parle aux jeunes du monde entier : « Le Christ vit et il te veut vivant! Il est en toi, il est avec toi et jamais ne t’abandonne. »

Le Pape François parle aux jeunes du monde entier : début de l’exhortation apostolique post synodale : ‘Christus vivit’

Il vit, le Christ, notre espérance et il est la plus belle jeunesse de ce monde.  Tout ce qu’il touche devient jeune, devient nouveau, se remplit de vie.  Les premières paroles que je voudrais adresser à chacun des jeunes chrétiens sont donc :  Il vit et il te veut vivant! Il est en toi, il est avec toi et jamais ne t’abandonne.

Alors c’est par ces mots que le Pape François commence son Exhortation apostolique post-synodale c’est-à-dire faisant suite au synode qui s’est tenu l’automne dernier sur les jeunes et le discernement des vocations et il ajoute ceci :

A vous tous, jeunes chrétiens, j’écris avec affection cette Exhortation apostolique, c’est-à-dire une lettre qui rappelle certaines convictions de foi et qui, en même temps, encourage à grandir en sainteté et dans l’engagement de sa propre vocation.

Le Pape François parle aux jeunes du monde entier : tous les disciples du Christ se doivent de répercuter les paroles du Pape

Donc le Pape François écrit cette Exhortation spécialement à l’attention des jeunes.  Mais nous savons bien que, dans notre entourage, vraisemblablement peu de jeunes vont lire ce texte du Pape François, voilà pourquoi nous avons la responsabilité, la mission de nous en faire les portes paroles. C’est à nous de répercuter auprès des jeunes les paroles que le Pape François leurs adresse. Alors je voudrais, dans cet enseignement, partager avec vous quelques-unes des paroles que le Pape adresse aux jeunes pour que vous puissiez les reprendre et les partager autour de vous.

Le Pape François parle aux jeunes du monde entier : Les jeunes sont le présent du monde et de l’Église

Alors dans son texte, donc le premier chapitre refait un tour rapide sur qu’est-ce que la Parole de Dieu dit par rapport aux jeunes. Il aboutit ensuite au deuxième chapitre à parler du Christ, de la jeunesse du Christ qui se répercute dans la jeunesse de l’Église et il fait allusion à tout un nombre de saints et de saintes qui ont été sanctifiés dans leur jeunesse. Ce qui nous amène au chapitre 3 où il dit ceci :  Après avoir consulté la Parole de Dieu, nous ne pouvons pas seulement dire que les jeunes sont l’avenir du monde.  Ils sont le présent, ils l’enrichissent par leur contribution.

Alors ça c’est important et le Pape François revient souvent là-dessus. On dit souvent : les jeunes sont l’avenir, l’avenir du monde, l’avenir de l’Église etc. C’est vrai mais ils ne sont pas seulement l’avenir, ils en sont aussi le présent.  Et ils ne seront l’avenir que dans la mesure où ils en sont le présent où déjà ils contribuent à notre monde, ils contribuent à la vitalité de l’Église.  Le Synode a reconnu que les fidèles de l’Église n’ont pas toujours l’attitude de Jésus [face aux jeunes].  Au lieu de nous disposer à les écouter à fond, la tendance prévaut d’apporter des réponses toutes faites et de proposer des recettes toutes prêtes, sans laisser émerger les questions des jeunes dans leur nouveauté, ni saisir ce qu’elles ont de provoquant. Au contraire, quand l’Église abandonne les schémas rigides, et s’ouvre à l’écoute disponible et attentive des jeunes, cette empathie l’enrichit car elle permet aux jeunes d’apporter quelque chose à la communauté, en l’aidant à percevoir des sensibilités nouvelles et à se poser des questions inédites.  C’est beau! Quel beau regard plein de foi et plein d’espérance du Pape sur les jeunes. Les jeunes ont quelque chose à dire à apporter pour nous relancer.

Aujourd’hui, nous les adultes, nous courons le risque de dresser une liste de calamités, de défauts de la jeunesse actuelle.  Quel serait le résultat de cette attitude?  Toujours plus de distance, moins de proximité, moins d’aide mutuelle.

La clairvoyance de ceux qui sont appelés à être père, pasteur ou guide des jeunes consiste à trouver la petite flamme qui continue de brûler.  C’est la capacité de trouver des chemins là où d’autres ne voient que des murailles, c’est l’habilité à reconnaître des possibilités là où d’autres ne voient que des dangers.  Le regard de Dieu le Père est ainsi, capable de valoriser et d’alimenter les semences déjà semées dans les cœurs des jeunes.  Le cœur de chaque jeune doit donc être considéré comme une « terre sacrée », porteuse de semences de vie divine devant lesquelles nous devons « nous déchausser ». Comme dit le Seigneur à Moïse au buisson ardent : « Enlève tes sandales ». Nous devons « nous déchausser » pour pouvoir nous approcher et entrer en profondeur dans le Mystère. Voilà.

Le Pape François parle aux jeunes du monde entier : il nous faut trouver l’ouverture à Dieu qui existe dans le cœur de beaucoup de jeunes afin d’entreprendre un dialogue avec eux

Et nous allons un peu plus loin. Parmi ces semences qui sont déjà là dans le cœur des jeunes, nous reconnaissons, chez certains jeunes, un désir de Dieu, bien qu’il n’ait pas tous les contours du Dieu révélé.  Chez d’autres, nous pourrons entrevoir un rêve de fraternité, ce qui n’est pas rien.  Chez beaucoup, il y a un désir réel de développer les capacités qui se trouvent en eux pour apporter quelque chose au monde.  Chez d’autres, nous observons une sensibilité artistique spéciale, ou une recherche d’harmonie avec la nature.  Chez d’autres, ce peut être un grand besoin de communication.  Chez beaucoup d’entre eux, nous trouvons un profond désir d’une vie différente.  Il s’agit de vrais points de départ, d’énergies intérieures en attente et ouvertes à une parole de stimulation, de lumière et d’encouragement. Alors ça c’est très important.  On y reviendra dans le prochain enseignement sur la pastorale auprès des jeunes, partir des semences qui sont déjà là dans le cœur des jeunes.  Je saute la partie que vous pourrez lire, où le Pape aborde trois thèmes importants : le monde numérique, les migrants, les nombreux jeunes qui sont appelés à se déplacer, et les abus.

Le Pape François parle aux jeunes du monde entier : LA GRANDE ANNONCE POUR TOUS LES JEUNES

Ce qui nous amène donc au chapitre quatre.  LA GRANDE ANNONCE POUR TOUS LES JEUNES. Au-delà de toute situation particulière, je souhaite maintenant annoncer à tous les jeunes le plus important, ce qui est primordial, ce qu’il ne faut jamais taire.  Une annonce qui comprend trois grandes vérités que nous avons tous besoin d’entendre sans cesse, encore et encore.

Je veux dire d’abord à chacun la première vérité : « Dieu t’aime ». Si tu l’as déjà entendu, peu importe.  Je veux te le rappeler :  Dieu t’aime.  N’en doute jamais, quoiqu’il arrive dans ta vie.  Tu es aimé infiniment, en toutes circonstances.

La deuxième vérité est que le Christ, par amour, s’est livré jusqu’au bout pour te sauver. Ses bras [ouverts] sur la croix sont le signe le plus beau d’un ami qui est capable d’aller jusqu’à l’extrême.  Regarde le Christ, accroche-toi à lui, laisse-toi sauver, parce que ceux qui se laissent sauver par lui sont libérés du péché, de la tristesse, du vide intérieur, de l’isolement.

Jeunes aimés par le Seigneur, vous valez tellement que vous avez été rachetés par le sang précieux du Christ!  Jeunes bien aimé, vous n’avez pas de prix! Vous n’êtes pas une marchandise aux enchères! S’il vous plaît, ne vous laissez pas acheter, ne vous laissez pas séduire, ne vous laissez pas asservir par les colonisations idéologiques qui nous mettent des idées dans la tête et, à la fin, nous font devenir esclaves, dépendants, des ratés dans la vie.  Vous n’avez pas de prix : vous devez toujours vous le répéter : je ne suis pas aux enchères, je n’ai pas de prix.  Je suis libre, je suis libre!  Éprenez-vous de cette liberté, qui est celle que Jésus offre.  Regarde les bras ouverts du crucifié, laisse-toi sauver encore et encore.

Mais il y a une troisième vérité qui est inséparable de la précédente :  il vit! Il faut le rappeler souvent, parce que nous courons le risque de prendre Jésus-Christ seulement comme un bon exemple du passé, comme un souvenir, comme quelqu’un qui nous a sauvés il y a deux mille ans.  Cela ne nous servirait à rien, cela nous laisserait identiques, cela ne nous libèrerait pas.  Celui qui nous remplit de sa grâce, qui nous libère, qui nous transforme, qui nous guérit et nous console est quelqu’un qui vit.  C’est le Christ ressuscité, plein de vitalité surnaturelle, revêtu d’infinie lumière.  C’est pourquoi saint Paul disait : «Si le Christ n’est pas ressuscité, vaine est votre foi» (1Co 15, 17).

S’il vit, alors il pourra être présent dans ta vie. «Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde». (Mt 28,20)

Le Pape François parle aux jeunes du monde entier : être jeune est une grâce, une chance

Comment vit-on sa jeunesse lorsqu’on se laisse éclairer par la grande nouvelle de l’Évangile?  Il est important de se poser cette question parce que la jeunesse est plus qu’une fierté, elle est un don de Dieu : Être jeune est une grâce, une chance.

La jeunesse est un temps béni pour le jeune, et une bénédiction pour l’Église et pour le monde.  Elle est une joie, un chant d’espérance et une béatitude.  Apprécier la jeunesse implique de voir ce temps de la vie comme un moment précieux, et non comme un temps qui passe où les personnes jeunes se sentent poussées vers l’âge adulte.

La jeunesse, phase du développement de la personnalité, est marquée par des rêves qui, peu à peu, prennent corps.

L’amour de Dieu et notre relation avec le Christ vivant ne nous empêchent pas de rêver et n’exigent pas de nous que nous rétrécissions nos horizons.  Au contraire, cet amour nous pousse en avant, nous stimule, nous élance vers une vie meilleure et plus belle.

Le Pape François parle aux jeunes du monde entier : Ne renoncez pas au meilleur de votre jeunesse

Jeunes, ne renoncez pas au meilleur de votre jeunesse, ne regardez pas la vie à partir d’un balcon.  Ne confondez pas le bonheur avec un divan et ne vivez pas toute votre vie derrière un écran.  Prenez des risques, même si vous vous trompez.  Ne survivez pas avec l’âme anesthésiée, et ne regardez pas le monde en touristes. Faites du bruit!  Vivez! Donnez-vous à ce qu’il y a de mieux dans la vie!  Ouvrez la porte de la cage et sortez voler! S’il vous plaît, ne prenez pas votre retraite avant l’heure!

Contrairement à ce que beaucoup pensent, le Seigneur ne veut pas affaiblir ces envies de vivre.  Il est bon de se souvenir de ce qu’un sage de l’Ancien Testament enseignait : « Mon fils, si tu as de quoi, traite-toi bien (…) Ne te refuse pas le bonheur présent » (Si 14,11.14). Le Dieu véritable, celui qui t’aime, te veux heureux.

Comment pourra-t-il être reconnaissant à Dieu celui qui n’est pas capable de profiter de ses petits cadeaux quotidiens, celui qui ne sait pas s’arrêter devant les choses simples et agréables qu’il rencontre à chaque pas?  Car « il n’y a pas homme plus cruel que celui qui se torture soi-même » (Si 14,6).

Et tout cela ouvre sur un autre beau paragraphe qui est « l’amitié du Christ » mais je vois que le temps passe.  Alors j’arrête ici et je reprendrai le prochain enseignement à partir de ce beau passage de l’amitié du Christ qui nous ouvrira ensuite à la pastorale auprès des jeunes.  Alors répercutez ces beaux mots d’espérance, de confiance aux jeunes.  Dites-leur que le Pape François a écrit pour eux et qu’il les appelle à vivre dans l’amitié du Christ, à vivre à plein leur jeunesse, la beauté de leur jeunesse.  Mettez-vous à leur écoute, accueillez leurs questions même si ça nous dérange.  C’est l’Esprit de Dieu qui a semé cela en eux.  Et moi je vous aime et je vous bénis. Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen!

 

Pour approfondir l’enseignement

  1. À la suite de cet enseignement, qu’est-ce qui monte en moi ?
  2. Quelle est mon espérance envers la jeunesse ?
  3. Quels sont les jeunes que j’ai inscrits dans mon Oïkos ?

 

Pour aller plus loin cette semaine

  1. Si j’ai le texte, je peux relire ces bons mots du pape, spécialement les no 64 à 149.
  2. Je m’essaie à partager avec un ou deux jeunes de mon entourage les mots du pape, et à écouter leurs questionnements.
Imprimer
Nicolas Tremblay
A propos Nicolas Tremblay 20 Articles
Nicolas Tremblay est prêtre dans le diocèse de Joliette.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire