Les Cellules Paroissiales d’Evangélisation sont une excellente manière d’apprendre à évangéliser notre entourage

Source image: Clip "Miséricordieux comme le Père" de Richard Vidal in: WEBTÉLÉ ECDQ

Dans mon dernier article, j’affirmais qu’il était très difficile d’évangéliser notre entourage. C’est pourquoi, nous avons besoin absolument de l’aide de l’Esprit Saint pour ce faire. Car l’Esprit Saint est le premier Évangélisateur. Mais est-ce que cela signifie que les disciples de Jésus ne peuvent pas apprendre à évangéliser puisque toute évangélisation dépend premièrement de l’action et de l’inspiration de l’Esprit Saint qui est libre de souffler sur qui il veut et quand il veut ?

Comme on l’a vu aussi dans l’article précédent, la mission de Jésus a consisté en fait à préparer les douze apôtres afin qu’ils puissent recevoir le Don de l’Esprit et ainsi pouvoir évangéliser le monde entier. Ainsi, c’est en nous inspirant de la pédagogie de Jésus avec ses apôtres dans les évangiles et les Actes des Apôtres que nous pourrons apprendre à devenir des terres fertiles afin que l’Esprit nous féconde et nous rende capables de porter la Bonne Nouvelle à notre monde.

A notre avis, les Cellules paroissiales d’évangélisation (C.P.E) qui ont été plus particulièrement développées en Italie, sont une excellente école d’évangélisation car elles ont su s’inspirer de la pédagogie de Jésus pour préparer ses membres à devenir des disciples-missionnaires qui font connaître et aimer Jésus à tous ceux qui vivent autour d’eux.

Comme l’a fait Jésus lui-même avec ses apôtres, les C.P.E. se réunissent en petites cellules de 3 à 10 personnes à chaque semaine afin d’apprendre à louer et remercier le Seigneur, à écouter la Parole de Dieu, à partager leurs expériences de foi et à intercéder pour les personnes de leur entourage (Oïkos).

  • Apprendre à « louer et remercier le Seigneur» afin de devenir un bon évangélisateur : Cela est d’une importance fondamentale. Malheureusement, pour la grande majorité des catholiques que je connais, la prière consiste surtout à réciter des formules apprises par cœur (Notre Père et Je vous salue Marie). Loin de moi de vouloir décrier ces prières puisqu’elles sont tirées directement des évangiles. Mais ce qui me semble dommage est que les catholiques ne sont pas habilités à louer et remercier le Seigneur de manière spontanée et libre. Pourtant, la louange et l’action de grâce sont une forme de prière qui nous met en contact direct avec l’Esprit Saint. Elles nous permettent d’entrer dans le « cœur » de Dieu et ainsi de pouvoir magnifier la beauté, la grandeur et la merveille du Seigneur. Or, si nous voulons apprendre à évangéliser, il est nécessaire selon moi que nous puissions non seulement avoir fait l’expérience spirituelle de la beauté, de la grandeur et de la toute-puissance du Seigneur mais qu’en outre nous puissions la proclamer à ceux et celles qui nous entourent dans la prière de louange et d’action de grâce.
  • Apprendre à « écouter la Parole de Dieu » afin de devenir un bon évangélisateur : Comme dans la première communauté chrétienne (Actes 2, 42) : « Ils étaient assidus à l’enseignement des Apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. » les C.P.E. sont assidues à l’enseignement des Apôtres par l’intermédiaire de l’enseignement pastoral du curé de la paroisse où ils se trouvent. Cela est la garantie que la C.P.E. ne deviendra pas une secte et qu’elle pourra se nourrir adéquatement à la source du Christ qui se donne principalement par sa Parole et par son Eucharistie afin de croître et de se multiplier.
  • Apprendre à « partager nos expériences de foi » avec les autres afin de devenir un bon évangélisateur : Dans les C.P.E., chacun est invité à partager avec les autres « qu’est-ce que le Seigneur a fait pour lui (elle) et qu’est-ce que moi j’ai fait pour le Seigneur »? La foi chrétienne ne consiste pas tout d’abord à savoir répondre à des questions concernant Dieu, Jésus ou l’Eglise. Elle consiste avant tout à écouter dans notre cœur la Voix du Seigneur et ainsi à le laisser entrer dans notre vie afin de pouvoir par la suite lui répondre par notre action dans notre quotidien. Quand on est capable de ‘voir’ les signes de la présence de Dieu dans notre vie quotidienne et que nous pouvons ‘répondre’ aux invitations du Seigneur par des actions concrètes, on peut dire que notre foi est vivante. Elle donne un sens à notre vie et nous fait vivre. Et c’est grâce à cette « foi vivante » qui s’exprime et se partage librement que nous pouvons apprendre à porter la Bonne Nouvelle à nos frères et sœurs.
  • Apprendre à « intercéder pour nos frères et sœurs » de notre Oïkos pour devenir un bon évangélisateur : Dans les C.P.E., on apprend la solidarité de la charité concrète avec ceux et celles qui vivent autour de nous (Oïkos) en priant ensemble pour leurs besoins matériels et spirituels. Cela suppose que nous connaissons bien leurs besoins et leurs défis de vie grâce au dialogue et à notre amitié. C’est donc à travers nos relations fraternelles et le service gratuit des personnes de notre Oïkos que nous apprendrons à leur faire connaître et aimer Jésus notre Sauveur.

Questions pour le partage fraternel :

  • A la lumière de ce texte, qu’est-ce qui me vient au cœur ?
  • A mon avis, quel est l’élément d’apprentissage d’évangélisation ai-je le mieux développé et pratiqué jusqu’à maintenant ?
  • Puis-je partager avec les autres quel est l’élément d’apprentissage d’évangélisation qu’il me semble devoir développer ou pratiquer davantage afin devenir un meilleur évangélisateur?

Le processus d'évangélisation des Cellules Paroissiales d'Évangélisation
Le processus d’évangélisation des Cellules Paroissiales d’Évangélisation
Imprimer

Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 166 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la Mission italienne San Domenico Savio, à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire