Christopher West: « Le christianisme est un message d’Incarnation »

Christopher West Montréal 2018
Christopher West à Montréal, en janvier 2018. Source image: capture d'écran.

Verbatim d’extraits de la vidéo « Décoder l’amour », tournée lors du passage de Christopher West et Jason Evert à Montréal en janvier 2018. 

Nous avons tous cette soif, nous cherchons tous quelque chose. Nous avons un manque profond dans nos coeurs. Je ne savais pas que ce manque avait un nom, jusqu’au jour où j’ai entendu parler de la théologie du corps de Jean-Paul II. J’ai senti qu’il s’adressait à moi personnellement et qu’il me disait : « Christopher, ce manque s’appelle « Eros » « , et il fut le premier à me dire que cet « Eros » est un désir voulu par Dieu pour nous lancer vers l’Éternel, vers l’infini.

On a donc cette faim en nous mais la plupart des gens croient que le christianisme est un régime de famine. Comme si l’Église disait: « Tes désirs sont mauvais, tu dois réprimer tout cela. Suis toutes ces règles et tu seras un bon citoyen chrétien ». Si c’est tout ce que le christianisme a à offrir, je ne rien savoir de ça. Parce que j’ai faim et je ne veux pas être affamé! Lorsque nous pensons à notre foi de cette façon, il est facile de se convertir à ce que j’appelle « l’Évangile fast food », qui est la promesse de notre monde sécularisé d’une gratification immédiate de ces besoins que nous avons. Je ne sais pas pour toi, Francis, mais si mes deux seuls choix sont d’être affamé ou d’avoir du fast food, je me lance dans les croquettes de poulet parce que j’ai faim! C’est ce que j’ai fait lorsque j’étais plus jeune.

Jusqu’au début de la vingtaine, je mangeais beaucoup de fast food mais je ne sentais pas très bien. Ce n’est qu’à l’université que j’ai touché le fond. C’est alors que j’ai dit: « Dieu, si tu existes, tu es mieux de me montrer pourquoi tu as mis tous ces désirs en moi parce que cela m’apporte beaucoup de problèmes, à moi et à ceux qui m’entourent. Ce fut le début de mon cheminement. Lorsque j’ai connu la théologie du corps, quelques années plus tard, j’ai compris ce que c’est que le christianisme. Ce n’est pas un régime de famine mais une invitation à un banquet! 

Le sens ultime

Aujourd’hui, tous les mots dans notre vocabulaire, dans notre langage, qui sont reliés au corps, ont perdu leur sens: garçon, fille; homme, femme; mari, épouse; frère, soeur; père, mère. Ces mots perdent peu à peu leur sens dans notre culture parce qu’on a supprimé le lien entre notre identité et notre corps. 

Le message du christianisme est celui de l’Incarnation. C’est un message d’unité entre le spirituel et le physique. Voilà ce que le christianisme proclame au monde entier: « le Verbe s’est fait chair ». Notre monde nous enseigne que notre corps n’a pas de sens, tandis que le christianisme enseigne que le LOGOS, Dieu Lui-même a pris un corps afin de révéler dans un corps humaine le sens ultime de l’existence. C’est pourquoi il y a un véritable combat aujourd’hui dans le monde entre ces deux messages. L’un dit: « ton corps ne signifie rien », l’autre dit « ton corps révèle le sens ultime de la vie ». C’est le message de l’Église. Lequel allons-nous croire?

 

Imprimer
A propos Mathieu Binette 41 Articles
Mathieu Binette est entrepreneur pastoral et étudiant en théologie à l'Institut de Formation Théologique de Montréal. Il est aussi coordinateur-général de Méditation Chrétienne du Québec et des Régions Francophones du Canada.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire