Une Église plus pauvre, est-ce nécessairement une chance?

Source image: film: Cellules Paroissiales d'Évangélisation

Résumé: Une Église plus pauvre, est-ce nécessairement une chance? Il est nécessaire que dès maintenant les paroisses se préparent aux réaménagements paroissiaux en créant des « Cellules Paroissiales d’Évangélisation » afin de favoriser la croissance spirituelle de l’Église.

Je lisais récemment un article dans lequel Mgr. René Guay, évêque de Saguenay, affirmait que  » notre Église, dans l’avenir, va être beaucoup plus pauvre, plus humble, plus dépendante. » En effet, c’est une réalité de plus en plus évidente que l’Église Catholique au Québec possède beaucoup trop d’églises pour les besoins réels des assemblées paroissiales dominicales. Il y a là certes un immense défi de réorganisation paroissiale à réaliser.

Mais une Église plus pauvre, est-ce nécessairement une chance? Ma réflexion voudrait se porter davantage sur la question : qu’est-ce qu’on fait maintenant pour préparer les catholiques à vivre cet appauvrissement de structures matérielles pour faire en sorte que le réaménagement paroissial puisse faire grandir l’Église? Car à mon avis, il ne faut pas se préoccuper uniquement de chercher quels seraient les meilleurs aménagements paroissiaux pour l’avenir. Si l’on veut que les changements envisagés puissent vraiment faire grandir l’Église et puissent la renouveler en profondeur, il est nécessaire que l’on crée dès maintenant des « petites communautés de foi missionnaires » de taille familiale. Car sans ces petites « Cellules Paroissiales d’Évangélisation », les nouvelles structures envisagées ne seront pas plus vivantes que celles qui existent actuellement et elles risquent même d’être plus fragiles et éphémères.

Mon opinion se base sur une pratique répandue depuis plusieurs années dans l’Église universelle : là où il existe des petites communautés missionnaires qui évangélisent leur milieu, la paroisse en ressort avec plus de dynamisme et de ferveur missionnaire. Car la croissance de l’Église passe nécessairement par une nouvelle évangélisation de proximité. C’est pourquoi, je suis convaincu que les efforts de tous les agents pastoraux devraient chercher à favoriser l’éclosion de ces petites Cellules Paroissiales d’Évangélisation. De plus, selon moi, une des priorités les plus importantes pour les prêtres en paroisse devrait être de former les leaders de ces « Cellules Paroissiales d’Évangélisation » afin d’en assurer le développement et la pérennité. La paroisse de l’avenir devrait être une assemblée de petites cellules d’évangélisation. C’est à mon avis la meilleure façon de réussir le tournant missionnaire dans lequel nos évêques désirent nous faire entrer.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 187 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la Mission italienne San Domenico Savio, à Montréal.

1 Commentaire

  1. Je suis tout à fait d’accord avec le Père Gérald. Avant de penser et de passer à des réaménagements pastoraux ou paroissiaux, il faut se demander: « Quelle est la meilleure façon de former des disciples-missionnaires? » Aussi longtemps que les catholiques fréquenteront l’église paroissiale dans le but de recevoir des grâces et des sacrements sans vraiment vouloir partager leur foi avec d’autres, nos communautés chrétiennes deviendront de plus en plus pauvres et cette pauvreté-là ne sera en rien PROPHÉTIQUE.

Laisser un commentaire