« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait »

Homélie du 7e Dimanche Ordinaire A : Matthieu 5, 38-48

Source image: Clip: Miséricordieux comme le Père de Richard Vidal

Résumé : « Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » Jésus nous enseigne comment transformer notre amour humain en amour divin.

« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » par l’accomplissement de l’amour humain

Vous vous souviendrez que la semaine dernière, Jésus a dit : « Ne pensez pas que je suis venu pour abolir la Loi ou les prophètes ; Je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir. » Ainsi, Jésus est venu pour porter l’Amour à son accomplissement.  Il est venu transformer l’amour humain naturel pour en faire un amour surnaturel divin.

« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » : trois aspects de l’amour humain à transformer

« Vous, par conséquent, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » Dieu nous appelle tous à aimer comme Il nous aime. C’est la perfection de l’Amour à laquelle nous sommes appelés. C’est un programme très ambitieux! Or, pour nous aider à comprendre comment nous pouvons aimer comme Dieu, Jésus utilise trois aspects de l’amour humain tel qu’il est vécu dans la vie quotidienne. Jésus nous apprend ainsi à purifier notre amour humain pour le faire ressembler à l’Amour du Père.

« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » : l’amour-contrat

  • Amour-Contrat : Par exemple : « gratte-moi le dos, je vais te gratter le dos » ou « si tu me fais plaisir, je te ferai plaisir ». C’est le côté positif du contrat. Mais il y a aussi un côté négatif : « Si tu ne me fais pas plaisir, je ne ferai pas plaisir » ou « si tu m’insultes et bien je vais t’insulter ». Cela, c’est la loi du Talion dont Jésus parle dans l’Évangile : « Oeil pour oeil et dent pour dent ». Avec cette loi du Talion, la violence engendre la violence. Alors, on peut parler de la « chaîne de la violence ». Jean Vanier a présenté un très bon exemple de la chaîne de la violence engendrée par la loi du Talion : « Un homme travaille au bureau. Son patron le gronde d’une manière humiliante devant tout le monde. Il ne répond pas parce qu’il a peur de perdre son emploi. Il rentre à la maison et sa femme n’est pas prête à servir le dîner. C’est là que l’homme se déchaîne sur sa femme. La femme est très blessée par les paroles violentes de son mari. Elle se blottit dans sa chambre et voit son garçon de 6 ans qui a cassé un pot de fleurs. Elle le réprimande sévèrement. Le père lui donne une gifle, mais son épouse défend on enfant. L’enfant frustré donne un coup de pied au chien qui va mordre les rideaux et les déchire. (…) Or, la seule façon de briser cette chaîne de violence d’une manière durable et profonde est le pardon. Jésus dit : « Si l’on vous gifle sur la joue droite, présentez l’autre joue ».      Mais, nous devons être prudents ! Jésus ne veut pas approuver le mal, l’injustice ou la violence par ces paroles. Il ne dit pas : présentez l’autre joue afin que votre adversaire vous donne une autre gifle. Il veut simplement dire que nous ne devons pas répondre à la violence par une autre violence car la violence n’est pas la bonne solution pour régler les conflits.  Un célèbre prédicateur français (Lacordaire) a dit : « Veux-tu être heureux pour un moment ? Venge-toi ! Veux-tu être heureux toujours ? Pardonne ! » Pour pardonner, nous devons absolument aimer comme Dieu. C’est pourquoi nous devons faire confiance à Dieu pour qu’Il pardonne lui-même en nous et à travers nous.

« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » : amour-minimum

  • Amour-minimum : aujourd’hui, tout le monde essaie de donner le minimum pour tirer le meilleur parti de toutes les situations. Par exemple, la publicité vante tel régime alimentaire grâce auquel vous pourrez perdre beaucoup de kilos sans vous priver de nourriture. Au travail, tout le monde essaie de gagner le plus possible en travaillant le moins longtemps possible. Les étudiants, eux, veulent avoir les meilleurs résultats scolaires avec le minimum d’effort possible. Mais Jésus dit : « Et si quelqu’un te réquisitionne pour faire mille pas, fais-en deux mille avec lui.”  En d’autres termes, Jésus dit : « Aimez et donnez le meilleur de vous-même parce que c’est ainsi que Dieu vous aime ». En fait, Dieu nous a donné ce qu’il avait de plus précieux : son Fils. Et lui-même n’a rien épargné puisqu’il a donné sa propre vie par amour pour nous. L’amour, c’est tout donner et se donner soi-même. Ceux qui aiment en calculant n’aiment pas vraiment.

« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » : amour en circuit fermé

  • Amour en circuit fermé : Un autre amour qui est souvent vécu autour de nous est « l’amour en circuit fermé » : c’est l’amour en petits groupes d’amis un peu comme des clans. Ainsi, il est facile d’aimer ceux qui pensent comme nous, ceux avec qui nous avons des intérêts et des goûts communs. Mais Jésus dit : « Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent. » Cet amour de l’ennemi est vraiment le signe qui vient de Dieu parce que seul Dieu peut vraiment aimer ses ennemis. Au début, nous pouvons penser que nous, nous n’avons pas d’ennemis puisque personne ne nous a menacés de mort. Mais si on y regarde de plus près, aimer notre ennemi, cela signifie aimer celui ou celle qui nous dérange ou nous agace parce que par exemple, il arrive toujours en retard. Aimer l’ennemi, c’est aussi aimer celui qui nous est antipathique, ou celui qui ne nous a pas bien accueillis ou celui qui ne nous parle pas ou qui nous a manqué de respect.     

« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » : aimez vos ennemis

“Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent” pour bien comprendre ce commandement du Seigneur, il convient de noter que Jésus ne dit pas : “Ayez de la sympathie ou des sentiments d’affection sensibles aux gens qui vous ont fait du mal.”  Jésus nous demande d’aimer ces personnes avec Charité, c’est-à-dire de les aimer à cause de Dieu, parce que Dieu les aime et ainsi, “aimer son ennemi” signifie désirer qu’ils vivent en Dieu et dans son Amour.

Ainsi, il y a trois (3) choses que nous pouvons faire pour aimer nos ennemis :

  • Prier pour eux et pour leur conversion.
  • Bénissez-les tout en reconnaissant qu’ils sont eux aussi des enfants de Dieu comme nous.
  • Faîtes-leur ce que vous voudriez qu’ils fassent pour vous (dites-leur bonjour avec affection, aidez-les quand ils en ont besoin, souciez-vous d’eux et de leur bonheur).

« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » : un bel exemple de pardon de l’ennemi

Je voudrais conclure par un exemple extraordinaire dans lequel on reconnaît l’amour de l’ennemi : C’est une histoire vraie qui s’est produite à Noël 1944 dans un camp de concentration. Erino DAPOZZO était un bon chrétien qui essayait de faire connaître et aimer Jésus à tout le monde dans le camp.  Le commandant le savait et voulait le persécuter. Il l’a fait venir dans ses quartiers pendant qu’il mangeait un très copieux déjeuner. Alors qu’il était là à le regarder, Erino a été tenté de le haïr. Mais la parole du psaume lui vint à l’esprit : « Le Seigneur est mon berger. »  Puis, le commandant a pris quelques gâteaux et lui a dit: «Votre femme vous a envoyé de très bons gâteaux depuis quelques mois.” Après la guerre, Erino a tout fait afin de retrouver le commandant. Enfin, après 10 ans de recherche, il l’a retrouvé. Il a sonné chez lui accompagné d’un autre chrétien. Au début, le commandant ne le reconnaissait pas. Puis, Erino lui a dit : « Vous souvenez-vous de Noël 1944 ? J’étais le matricule 175. Puis le commandant a pris peur et lui a demandé : « Êtes-vous venu pour vous venger ? » Erino alors a ouvert un paquet où il y avait un gros gâteau qu’il a partagé avec le commandant et son épouse. Et il lui a dit : je vous ai pardonné depuis longtemps. Et je suis venu pour vous le dire aujourd’hui. Puis, le commandant, les yeux mouillés de larmes, lui demanda pardon. Et deux ans plus tard, lui et son épouse se sont convertis et sont devenus de fervents chrétiens. Prions pour que nous ayons tous la grâce de pardonner et d’aimer notre prochain. Surtout ceux qui nous ont fait du mal. Ainsi, l’Amour de Dieu régnera en nous et nous rendra heureux.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 292 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la paroisse St Enfant-Jésus de la Pointe-aux-Tremble, à Montréal.

Soyez le premier à commenter