La sagesse ou la dépendance à Dieu

SOURCE IMAGE: Clip: Préparez le chemin du Seigneur" (Paroisse SJV)

Introduction : La Sagesse parle…

… à Alice Lenczewska

Alice Lenczewska,  née le 5 décembre 1934, à Varsovie, en Pologne, faisait partie d’un groupe de prière. Elle est retournée vers la maison du Seigneur le 5 janvier 2012, dans l’hospice de S. Jean Baptiste à Stetin.  Célibataire, elle était professeur de dessin technique dans des écoles publiques. En 1985, à Gostyn, lors d’une retraite pour les animateurs du Renouveau Charismatique, pendant l’Eucharistie, elle reçut une grâce qui fut un tournant dans sa vie : Jésus enseignait Alice et lui demandait d’écrire leurs échanges. C’est ainsi que naquirent deux remarquables journaux : « Témoignage », couvrant la période 1985 à 2010 et « Exhortations », écrit entre 1989 et 1994. Mgr Enryk Wejman, évêque de Stetin, donna le « nihil obstat » (« Rien ne s’oppose ») à leurs publications en juillet 2015.  Les proches d’Alice ont témoigné unanimement qu’elle était une personne de grand tact, chaleureuse, exigeante, surtout envers elle-même, pieuse, ouverte à autrui, sachant écouter et aider. Elle participait activement à la vie de l’église comme  animatrice du Renouveau Charismatique à la paroisse S. Jean Baptiste de Stetin, organisait de nombreuses rencontres de prière et des pèlerinages. En 2004, elle prononça ses vœux perpétuels comme membre de la Communauté de la Famille du Cœur de l’Amour Crucifié. En 2011, deux mois avant sa mort, après un violent retour des symptômes du cancer, elle transmit l’original de son manuscrit en donnant son accord pour sa diffusion gratuite, stipulant que ces écrits étaient inspirés et qu’ils ne pouvaient pas être utilisés à des fins mercantiles. Les premiers mots du cahier intitulé « Exhortations » donnent le ton des paroles de Jésus : « Je te demande d’écrire pour que tout le monde comprenne que Je souhaite M’adresser à chacun. […] J’accompagne tout homme, à chaque moment de sa vie. » Il précise à Alice : « Tu n’es pas quelqu’un de spécial. Tu es comme les autres : faible, impliquée dans les structures de ce monde, dont Je peux t’extraire vers la vie éternelle. […] Entendre Ma voix dans son cœur n’est pas un don extraordinaire, exceptionnel. Chacun a reçu ce don à son baptême et chacun peut reconnaître Mes exhortations s’il les désire et les attend. » En un mot, la Sagesse divine, comme nous le faisait comprendre la 1ère lecture est « aisée à contempler, Elle se laisse trouver par ceux qui la cherchent.  » (Sg. 6, 12) Mieux encore : « Elle devance ceux qui La désirent en Se faisant connaître la première. » (Sg.6, 13) Enfin,  la Sagesse vient à la rencontre de ceux qui la cherchent « dans chacune de leurs pensées ». (Sg. 6, 16)

… aux Thessaloniciens

Pourtant, la Sagesse peut manquer cruellement à l’intelligence humaine, par « ignorance ». Ainsi, les Thessaloniciens ne savent pas ce qu’il adviendra de leurs morts, ils sont abattus, et Paul dissipe cet abattement en leur faisant savoir que ceux qui croient seront emportés avec le Seigneur. (1 Th. 4, 14)

… aux vierges folles

La sagesse peut aussi manquer par un péché très particulier qui s’appelle « la sottise ». Le sot occupe sa pensée à des riens – par exemple, aller à une noce non par amitié pour l’Epoux, mais pour faire la fête -. Le sot (ou la sotte) oublie alors, que pour aller à la rencontre de l’Epoux, il faut marcher hors de la ville, puis rentrer avec lui. Il (ou elle) oublie qu’il y a tout à fait une distance à parcourir et qu’il faut prévoir un flacon d’huile en réserve si la  lampe venait à s’éteindre. Toute l’affaire est donc de savoir comment éviter la blessure de l’ignorance et le péché de sottise qui feraient que l’on serait brusquement devant une impasse. Aussi la question de ce jour est simple : comment pallier à l’ignorance et à la sottise ?

1. La blessure de l’ignorance…

… concernant le retour du Christ

Chez certains membres de l’Eglise Evangélique, une erreur s’est propagée depuis le 17ème siècle sur un soi-disant « enlèvement » des Chrétiens avant le retour définitif du Christ. Elle se fonde  sur  la 2ème lecture que la liturgie nous faisait entendre : « nous les vivants, nous qui serons encore là pour l’Avènement du Seigneur […] nous serons emportés (enlevés) sur les nuées du ciel en même temps qu’eux – les morts ressuscités dans le Christ – pour rencontrer le Seigneur dans les airs. Ainsi nous serons avec Lui pour toujours. » (1 Th. 4, 15.17) Cet enlèvement préalable des Chrétiens leur permettrait de ne pas connaître « l’épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants ». (Catéchisme de l’Eglise Catholique, n° 675) Or « la persécution » accompagne le pèlerinage  terrestre de l’Eglise.

… par calcul

Pourquoi ces disputes sur la doctrine ? Ne serait-ce pas que la religion est fausse, puisqu’elle engendre tant d’opinions différentes ? Eh bien, non. Souvent, se cache, derrière des querelles, un péché par calcul. Ainsi, il est plus agréable de croire, dans la civilisation hédoniste américaine que le vertueux échappera à la souffrance, mais c’est un désordre de la volonté qui n’aime pas souffrir. Si le Fils de Dieu Lui-même dit, au jour de Sa Passion, « que Ta volonté soit faite » face à la coupe qu’Il devait boire, comment pourrions-nous dire autrement ? « Examine ta soif », dit Jésus à Alice Lenczewska . Est-ce par amour du Christ que tu veux échapper à la persécution ? Jésus enjoint encore Alice : « Examine tes intentions : s’agit-il de ton confort et de ton plaisir ? »

2. Les raisons de la sottise des cinq vierges folles…

L’histoire des vierges sages et des vierges folles est aussi l’histoire d’une sottise toute volontaire de la part des vierges folles.  « Cinq d’entre elles étaient sottes, et cinq étaient sensées. » (Mt 25,2) Elles ne sont pas folles par un accident de la nature. Cette sottise, voulue, avait pour fondement : 

1° La paresse. Comme il est « fatigant » de dire bonjour, il est « fatigant » aussi de « penser » à mettre de l’huile dans sa lampe.  

 2°La superficialité et le caprice. Comme c’est amusant d’aller à une fête ! Et c’est encore plus amusant d’y aller sans penser à rien, en se laissant prendre en charge par les autres. La sottise s’oppose au sérieux, à la réflexion, à la gravité et à la responsabilité. Les Vierges folles ne font pas retour sur elles-mêmes, ne sont pas contrites, or : « la contrition est ce qui Me permet de te transformer en Lumière. Le manque de contrition est comme des ténèbres intérieures qui Me recouvrent et Me lient. » (Jésus à Alice Lenczewska) 

3° La vanité. Les cinq vierges sages ajoutent au caprice, le dédain, en estimant que cette fête n’a d’importance que pour briller. Y a-t-il vraiment quelque chose de plus important qu’elles-mêmes ? En conséquence, toutes centrées sur elles-mêmes, elles n’ont  aucune idée qu’elles vont à la rencontre de Dieu : « La sottise donne le dégoût de Dieu et de Ses dons. » (S. Thomas, Somme, II.II Q.46 a. 3 sol. 1)

4° La sottise est une conséquence de la précipitation à l’égard des jouissances terrestres. Ce qui compte pour ces vierges, ce sont les réjouissances de la fête. Elles aiment la jouissance et elles s’y précipitent quand bien même leur conscience leur reproche cette irréflexion : « On veut ce qui conduit à la sottise : se détourner des biens spirituels et se plonger dans les terrestres. » (II.II Q.46 a. 2 sol. 2) Jésus dit à Alice : «Ce qui est à la surface de ta vie signifie vraiment peu de chose! Au contraire, ce qui se passe dans les profondeurs de ton âme importe tant! »   

5° La luxure.  « La sottise qui est un péché, naît surtout de la luxure. » (II.II Q. 46 a. 3 rép.)

6° La sottise est une volonté maligne de ne pas penser à Dieu : « Quelqu’un est sot quand il présente un manque de jugement à l’égard de la cause suprême. » (II.II Q.46 a.1 sol.1)

Les raisons de la sagesse des cinq vierges sages

L’invitation, identique pour les dix vierges, a trouvé un écho bien différent chez les vierges sages. La raison de leur sagesse devant cette invitation aux noces est due à :

1° La gratitude. Comme les vierges folles, les vierges sages ont été heureuses d’être invitées à la noce. Elles en ont conçu une immense gratitude et le sentiment d’avoir à honorer cette invitation si extraordinaire, en s’y préparant. Ce sentiment de gratitude a aussi pour nom la crainte filiale qui est le commencement de la sagesse : « La crainte du Seigneur est le commencement de la sagesse. » (Ps. 111,10)

2° La méditation. Cette reconnaissance les a amenées à considérer avec attention l’invitation reçue, à la prendre au sérieux et à méditer sur Celui qui les invitait. Peu à peu, ces ignorantes, sont devenues savantes et sages. « La sagesse donne un jugement droit sur la cause universelle (Dieu). » (II.II Q. 9 a. 6 sol. 1)

3° L’amour. De cette science sur Celui qui les invitait est né un amour. Leur esprit s’est uni à Celui qui n’était autre que Dieu : « Le don de sagesse correspond à la charité qui unit à Dieu l’esprit de l’homme. » (II.II Q.9 a.2 rép.)

Conclusion : Volonté propre ou volonté divine 

Le sot ou l’ignorant veut, sans se l’avouer, mener sa vie, être autonome, ne pas trop s’occuper de Dieu. Jésus évoque ce drame de l’humanité à Alice : « J’ai déjà parlé plusieurs fois du péché d’indépendance. Tu vis sur cette terre pour te débarrasser du péché d’indépendance. […] Tu n’as pas le droit de suivre, que ce soit par le cœur ou l’esprit, tes désirs égoïstes, tes imaginations, tes projets. […] L’indépendance est le péché principal de l’homme et de l’humanité. Et d’Adam et d’Ève. Et de Satan. Et le tien aussi. » Le sage, lui, est devenu un enfant tendre. Il ne quitte pas la main de Jésus. Devenons sages en devenant des enfants tout dépendants de Dieu.           

Prions : « Seigneur, donne-moi de Te remettre ma vie à chaque instant. Amen. »

 

Oraison jaculatoire : « Dieu, Tu es mon Dieu, je Te cherche dès l’aube. »

 

Question : Quelles difficultés avez-vous ressenties à rester dépendant de Dieu cette semaine ?

 

Suggestion : Renouveler des actes de dépendance à Dieu dans la journée.

Imprimer
Geoffroy de Lestrange
A propos Geoffroy de Lestrange 75 Articles
Le père de Lestrange, curé dans le monde rural, a fait ses études supérieures aux États-Unis. Il y a découvert le Renouveau charismatique catholique ainsi que les églises évangéliques. Bénédictin, puis profès simple chez les frères de Saint-Jean, il a découvert par ces contacts divers, l'importance de la prière pour une nouvelle Pentecôte dans l'Église, souhaitée par tant de papes.

1 Rétrolien / Ping

  1. L’importance de notre vie de pensée - Évangéliser.net

Laisser un commentaire