Retrouver ses racines, oui, mais comment?

SOURCE IMAGE: TOP MISSION TV PAIN DE VIE

« On a caché le bon Dieu dans un endroit où les hommes n’iront certainement pas le chercher, c’est-à-dire, au-dedans d’eux-mêmes. » (Jean-Luc Brassard, médaillé olympique)

Laurence Freeman, le directeur de la Communauté mondiale pour la méditation chrétienne, a saisi l’urgence d’aller à cet endroit en proposant le défi de faire connaître la méditation aux jeunes du monde entier. Déjà, une dizaine de pays ont répondu à cet appel. Au Québec et dans les provinces francophones du Canada, ce défi est devenu une mission qui s’enracine peu à peu dans différents milieux. Le défi est grand, mais nous croyons à la puissance de l’Esprit. Déjà, en 2015, lors du Séminaire John Main, en Nouvelle-Zélande, David Tacey, principal intervenant à ce Séminaire, a su nous donner de l’espoir.

« La révolution de la spiritualité fait beaucoup parler d’elle, en particulier chez les jeunes. Mais en fait, sous l’impact médiatique positif, beaucoup d’entre eux se sentent perdus parce qu’ils n’ont ni racines, ni passé ancestral. Leur manque ce sol riche où faire pousser la plante de la spiritualité. Et les racines sont la tradition. Sans tradition, bien des spiritualités et des jeunes se fanent et se dessèchent comme des fleurs dans un vase. Il leur faut quelque chose de plus… Le retour de l’Esprit à une époque laïque. La spiritualité et la religion peuvent se rejoindre à nouveau… » (Bulletin Meditatio-Printemps 2015)

Ce « de plus », pourrait-il être la méditation chrétienne ? En s’engageant sur ce chemin, les jeunes peuvent découvrir leur intériorité et élaborer leurs propres repères spirituels, mais pour cela, ils ont besoin d’un engagement communautaire vécu comme une occasion de réfléchir sur le sens de la vie et la place qu’ils occupent dans la société et dans le monde. Pour les responsables des futures communautés de jeunes méditants, le défi est d’arrimer l’expérience de la méditation et l’engagement social. Je pense à ce groupe de jeunes femmes qui partiront bientôt pour une mission en Haïti. Elles ont construit leur projet en apprenant à prier silencieusement comme le suggère John Main, notre guide spirituel.

La discipline de la méditation chrétienne est exigeante, mais elle libère de la compulsion à tout voir en termes de compétition et de réussite. Les jeunes ont besoin de vivre cette forme de discipline qui rejoint leurs racines profondes et qui pousse à un engagement qui donne sens à leur vie.

Pour en savoir plus sur la méditation chrétienne: www.meditationchretienne.ca

Imprimer
Christiane Gagnon
A propos Christiane Gagnon 4 Articles
Christiane Gagnon est collaboratrice à « Jeunesse et Méditation » pour Méditation chrétienne du Québec et des Régions francophones du Canada (MCQRFC)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire