L’Assomption de Marie et notre désir du Ciel

Homélie de la Fête de l'Assomption de Marie au Ciel

Source image: Clip: "Miséricordieux comme le Père" par Richard Vidal in: Webtélé ECDQ

Résumé : L’Assomption de Marie et notre désir du Ciel. Marie nous indique le chemin afin de faire grandir notre désir du Ciel.

L’Assomption de Marie et notre désir du Ciel : Que signifie avoir un grand désir du Ciel?

Dans le Mystère de l’Assomption que l’on médite durant le chapelet, on demande traditionnellement la grâce d’avoir un grand désir du Ciel. En ce jour de la Fête de l’Assomption de la Vierge Marie au Ciel, nous pouvons justement nous questionner sur notre désir du Ciel. Avons-nous réellement un grand désir du Ciel ? Mais avant toute chose, il est bon de nous demander : Qu’est-ce que cela veut dire? Selon vous, que veut dire avoir un grand désir du Ciel?

À mon avis, avoir le désir du Ciel, c’est avoir le désir de Dieu. En d’autres mots, c’est désirer rencontrer Dieu afin que son Amour nous remplisse de Lumière et de Bonheur Éternel.

À l’Assomption de Marie au Ciel, Marie a été saisie par Dieu dans son âme et son corps si bien qu’elle est entrée dans l’Éternité de Dieu avec son corps et son âme comme Jésus l’avait été lors de sa résurrection.

L’Assomption de Marie et notre désir du Ciel : Désirer la plénitude de l’Amour de Dieu

Mais si l’Assomption de Marie au Ciel a été possible, c’est parce qu’elle avait déjà en elle un immense désir de Dieu. Marie désirait du plus profond de son cœur entrer dans la communion d’amour avec son Seigneur et son Dieu. Depuis l’Annonciation de l’ange à Marie, elle avait accueilli « la plénitude de l’Amour de Dieu en Jésus » comme le disait le père Frigon.  Pour nous aussi, il nous faut avoir un grand désir d’accueillir la plénitude de l’Amour. Saint Augustin faisait comprendre à ses fidèles ce qu’était le désir de Dieu en le comparant à un ballon qu’on peut gonfler en y insufflant de l’air. Il disait : « plus nous désirons le Ciel (i.e. plus nous désirons l’Amour de Dieu), plus le ballon de notre désir de Dieu grandit et prend de l’espace dans nos vies et plus il peut alors nous transporter telle une mongolfière et nous élever vers ce Bonheur qui est inatteignable par nos propres forces humaines ».

Mais si nous regardons notre vie, il faut bien le reconnaître, notre désir du Ciel est souvent minimal et quelques fois même inexistant. Alors, on peut se demander comment augmenter notre désir du Ciel?

Marie nous indique le chemin afin que nous puissions faire grandir notre désir du Ciel, désir de Dieu.

L’Assomption de Marie et notre désir du Ciel : Les tactiques du Malin pour nous détourner de l’Amour de Dieu

Dans la 1° lecture, saint Jean nous présente la figure de la Femme qui représente à la fois l’Église et Marie. Ainsi, on peut dire que Marie et l’Église sont menacées par le Dragon qui représente le Malin qui cherche à tout prix à les détourner de Dieu. Voici quelques-unes de ses tactiques :

  1. Le Malin va souvent essayer de nous convaincre que nous trouverons le Bonheur Parfait dans les biens matériels et les plaisirs qu’ils procurent. De fait, bien des gens se laissent prendre à cette ruse car ils croient fermement qu’ils pourront être heureux s’ils deviennent millionnaires afin qu’ils puissent jouir de tous les plaisirs du monde. Dans ces conditions, les choses spirituelles et Dieu n’ont aucun attrait pour eux.
    Marie, par sa vie toute simple, humble et pauvre nous démontre au contraire qu’il n’est pas nécessaire d’être riche pour être heureux. « Mon âme exalte le Seigneur, mon cœur exulte en Dieu mon Sauveur ».
  2. 2° tactique du diable : il cherche à nous faire croire que la promesse de bonheur de Dieu est un conte de fée ou un mythe. Il va même pousser le mensonge jusqu’à dire que même si la promesse de Vie Éternelle était vraie, Dieu est tellement bon que tout le monde sans distinction entrera dans la Vie Éternelle (Ciel) et donc, qu’on n’a rien à faire pour aller au Ciel. Mais cela est ignorer la nature même de l’Amour qu’est Dieu. Car l’Amour de Dieu exige impérativement qu’il soit libre et qu’il soit désiré. Dieu ne veut forcer personne à entrer dans sa Communion d’Amour. Or, le minimum requis pour entrer au Ciel, c’est de le désirer. Ce qui implique que nous ouvrions notre cœur à l’Amour de Dieu dans la foi, l’espérance et la charité.

Nos œuvres sont le signe de l’authenticité de notre désir du Ciel

Or, le signe que nous désirons vraiment l’Amour de Dieu, ce sont nos œuvres. Marie nous en donne la preuve dans le Mystère de la Visitation à sa cousine Élisabeth. De fait, Marie qui est remplie de l’Amour (l’Esprit Saint) par l’accueil de la Volonté de Dieu en acceptant de devenir la Mère du Sauveur, va se rendre « avec empressement » chez sa cousine Élisabeth afin de l’aider dans sa grossesse. En ce faisant, Marie nous montre que lorsqu’on accepte l’Amour de Dieu dans notre vie, nous sommes alors poussés de l’intérieur par l’Esprit Saint à partager avec nos frères et sœurs cet Amour qui nous a été offert gratuitement.

Donc, il est très important de demander souvent au Seigneur, par l’intercession de Marie de l’Assomption, la grâce d’augmenter notre désir du Ciel afin que l’Amour de Dieu puisse nous rendre heureux. Alors nous pourrons témoigner à nos frères de la réalité du Ciel par l’Amour que nous leur donnerons.

Imprimer
Gérald Lajeunesse
A propos Gérald Lajeunesse 297 Articles
Le père Gérald Lajeunesse est prêtre et membre de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie (omv). Il est curé de la paroisse St Enfant-Jésus de la Pointe-aux-Tremble, à Montréal.

Soyez le premier à commenter