La personne de l’Esprit Saint

L'Esprit Saint est une personne

Jésus ressuscité dit à ses apôtres : « Allez dans le monde entier, faites des disciples, baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, et apprenez leur à garder tout ce que je vous ai prescrit» (Mt 28, 19-20).  Parole du Seigneur.

Alors baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.  J’aimerais partager avec vous quelques mots à propos du Saint Esprit.  Et aujourd’hui, j’aimerais qu’on s’arrête plus spécialement à cette réalité de notre foi que le Saint Esprit est une personne. Nous n’avons pas de difficulté à comprendre que le Fils de Dieu, Jésus, est une personne puisqu’il s’est incarné, il a pris chair, on a vu son visage, etc.  Nous n’avons pas trop de misère à imaginer que le Père Éternel est une personne parce qu’un père, on sait c’est quoi un père, on se tourne vers le Père, le Créateur, etc.  Mais il peut être plus difficile d’imaginer que le Saint Esprit est une personne.  Pourtant il est une personne.  On le voit déjà dans le texte qu’on vient de lire : baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.  Alors on sent que le Père, le Fils et le Saint Esprit sont mis sur un même pied d’égalité, donc ils ont le même statut, ce sont des personnes.

Mais, évidemment, le Père et le Saint Esprit sont des personnes spirituelles.  Le Fils, il a pris chair, il a un visage.  Mais l’Esprit-Saint, comme le Père Éternel, et comme le Fils dans la Trinité Sainte, sont des personnes spirituelles, c’est pas des personnes en chair et en os.  Ce sont des personnes spirituelles.  C’est pour ça que des fois, on peut être un petit peu mélangé.  Quand on dit que c’est un esprit, on n’a pas l’impression que c’est une personne.  Oui c’est une personne… spirituelle le Saint Esprit. Alors ce que je vous propose, c’est simplement de regarder des textes bibliques qui nous montrent comment le Saint Esprit agit effectivement comme une personne.  Il est en relation avec nous comme une personne.  Et on regarde ces textes-là pour nous aider à développer, nous aussi, une relation personnelle avec le Saint-Esprit, à comprendre que, quand on agit, on interagit avec le Saint Esprit, on agit d’une manière personnelle, dans une relation de personne à personne.  On peut le prier, on peut l’écouter, etc, etc. C’est une personne, véritablement une personne.

Alors on commence évidemment avec le texte du discours d’adieu de Jésus, quand Jésus promet le Saint Esprit.  Vous vous souvenez, au chapitre 14 de saint Jean, Jésus dit ceci : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements.  Moi, je prierai le Père, et il vous enverra un autre défenseur qui sera pour toujours avec vous» (Jn 14, 15-16).  Un autre défenseur, un mot qu’on a traduit parfois par ce néologisme, ce mot spécial : le Paraclet.  Je vous enverrai le Paraclet.  On traduit ici comme « défenseur », on pourrait le traduire comme un « avocat », comme un « intercesseur ».  Mais, de toute façon, donc, comme une personne qui agit en notre faveur : le Père vous enverra un autre défenseur.  Autre fait référence à Jésus, moi j’étais avec vous, mais le Père va vous envoyer un autre défenseur, c’est l’Esprit Saint.  Il le dit un peu plus loin : « Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous, mais le défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui vous enseignera tout, et il vous fera souvenir tout ce que je vous ai dit » (Jn 14, 25-26).

Donc, on voit que c’est une personne, c’est un défenseur, et c’est une personne qui enseigne.  L’Esprit Saint nous enseigne, donc si je suis en relation personnelle avec l’Esprit Saint, l’Esprit Saint va m’enseigner.  Et il le redit un petit peu plus loin, au chapitre 16 : « Quand le Paraclet sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité, car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir» (Jn 16, 13-14).  Vous voyez donc, l’Esprit Saint est une personne, il entend auprès du Père des choses, et il nous les dit, il nous les révèle.  Alors on a une relation avec cet Esprit, l’Esprit de Vérité, l’Esprit qui parle dans nos cœurs, qui nous enseigne, etc, etc.  Une relation personnelle. 

Un exemple dans les Actes des Apôtres, au chapitre 15.  Lorsqu’il y a une question par rapport au fait que les païens accèdent à la foi chrétienne, et on se demande est-ce qu’il faut qu’ils suivent la Loi de Moïse etc.  Et là les apôtres se réunissent et discutent de la question, et ils concluent en disant ceci : « L’Esprit-Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent » (Ac 15, 28).  L’Esprit Saint et nous-mêmes.  Donc nous nous sommes rencontrés, et l’Esprit Saint était avec nous, donc il est comme une personne qui était avec nous, il a discuté avec nous, et on a décidé ensemble, lui et nous, l’Esprit Saint et nous.  Vous voyez, c’est une personne, l’Esprit Saint.

L’Esprit Saint agit dans la vie de Paul, et parfois il inspire des choses à faire, et il empêche aussi d’agir.  Deux fois de suite, dans les Actes des Apôtres au chapitre 16, on lit ceci : « Paul et ses compagnons traversèrent la Phrygie et le pays des Galates car le Saint-Esprit les avait empêchés de dire la Parole dans la province d’Asie.  Arrivés en Mysie, ils essayèrent d’atteindre la Bithynie, mais l’Esprit de Jésus s’y opposa ».  L’Esprit Saint, il agit comme une personne. Et ici il agit pour empêcher. Il ferme des portes : non, vous n’allez pas par-là.  De quelle manière ça s’est passé exactement, on ne le sait pas, est-ce une parole intérieure, à travers des événements, bon, ce n’est pas précisé.  Mais c’est clair que c’est l’Esprit Saint qui a agi et qui a empêché les apôtres d’aller à tel endroit, ou d’aller à tel endroit.  Et cet Esprit Saint, il est appelé l’Esprit de Jésus, à d’autres endroits, l’Esprit du Père, l’Esprit de Vérité.  Mais il agit comme une personne, on voit ça.

Vous vous souvenez quand on parlait du vieillard Siméon qui avait reçu l’Enfant Jésus dans ses bras. Il est dit le vieillard Siméon « avait reçu, de l’Esprit Saint, l’annonce qu’il ne verrait pas la mort, avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur » (Lc 2, 26).  Donc l’Esprit Saint lui avait parlé, l’Esprit Saint parle.  Il lui avait annoncé, il lui avait dit clairement qu’il ne verrait pas la mort. 

Dans la Lettre aux Romains, deux passages très beaux.  On dit ceci : «Tous ceux qui animent l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu.  Vous avez reçu un esprit de fils adoptifs qui nous fait nous écrier : Abba Père!  L’Esprit en personne se joint à notre esprit pour attester que nous sommes enfants de Dieu » Rm 8, 14-16).  L’Esprit en personne, c’est clair.  Mais évidemment, ici on est confronté au problème de traduction.  Ça c’est la traduction de la Bible Liturgique ou en français courant.  Parfois d’autres vont traduire : l’Esprit lui-même, l’Esprit lui-même.  On sent que c’est une personne.  L’Esprit lui-même, l’Esprit en personne, se joint à notre esprit, c’est une personne. Et un petit peu plus loin, toujours dans cette même Lettre aux Romains, au chapitre 8 : « Bien plus, l’Esprit Saint vient au secours de notre faiblesse, car nous ne savons pas prier comme il faut, l’Esprit lui-même intercède pour nous par des gémissements inexprimables » (Rm 8, 26). Il intercède, c’est un intercesseur. Vous voyez, il a vraiment toutes les caractéristiques d’une personne.  Même si on ne comprend pas, on ne peut pas saisir exactement qu’est-ce que ça signifie une personne spirituelle, l’important, c’est de saisir qu’il est une personne, il agit comme une personne.  Et nous, dans notre relation avec lui, on interagit avec lui comme une personne et non pas comme une force, qu’on essaierait de contrôler ou de maîtriser, ce n’est pas une force l’Esprit Saint, c’est une personne.  C’est ça qui est important.  On a une relation personnelle avec le Saint Esprit.

Et, dernier exemple, dans la Lettre aux Éphésiens, chapitre 4 verset 30, Paul va dire ceci : « Frères, en vue du jour de votre délivrance, vous avez reçu en vous la marque du Saint Esprit de Dieu, ne le contristez pas ». Voyez.  On peut même contrister le Saint Esprit, on peut le rendre triste.  On dirait : on peut lui faire de la peine, c’est une drôle d’expression, mais tout ça pour dire, c’est une personne.

Alors, à l’occasion de la Fête de la Pentecôte, l’occasion est heureuse pour réfléchir sur la réalité du Saint Esprit, qui est une réalité extrêmement importante.  La vie chrétienne ordinaire, avec le temps ordinaire qui va commencer au lendemain de la Pentecôte, la vie chrétienne ordinaire est une vie dans l’Esprit Saint. Alors, je vous encourage dans votre prière à prier le Saint Esprit en prenant conscience que vous vous adressez à une personne.  Alors moi, je vous bénis, au nom du Père et du Fils, et du Saint Esprit.  Amen !

Pour approfondir l’enseignement :

  • À la suite de cet enseignement, qu’est-ce qui monte dans mon cœur ?
  • De quelle manière est-ce que je prie le Saint Esprit ?
  • De quelle manière le Saint Esprit intervient-il dans ma vie chrétienne ?

Pour aller plus loin cette semaine :

  • Je prends le temps de relire et de méditer les références bibliques données dans cet enseignement.
  • Dans ma prière, je prie le Saint Esprit en prenant davantage conscience que je m’adresse à une personne
Imprimer
Nicolas Tremblay
A propos Nicolas Tremblay 17 Articles
Nicolas Tremblay est prêtre dans le diocèse de Joliette.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire