Penser en termes de « système »

Le Père James Mallon

Il est important de concevoir la vie chrétienne en termes de « système », c’est-à-dire de fonctions non pas indépendantes, mais essentiellement liées entre elles et interdépendantes. Saint Paul nous invite à concevoir ainsi la vie chrétienne en utilisant la comparaison du corps (1 Co 12, 12-31). Le corps forme un tout dont les différents membres sont tous reliés organiquement les uns aux autres et interdépendants.

Le présent enseignement est tiré de la vidéo mise au bas du présent blogue, à partir de la 33ème minute. Cette vidéo nous présente une conférence du Père James Mallon, curé de la paroisse Saint-Benedict à Halifax, au Canada. Je reproduis ici une partie de la conférence du Père Mallon.

Dans le corps humain, il y a 10 systèmes. Voici cinq d’entre eux :

penser en système
5 systèmes du corps humain

Pour qu’un corps humain soit en santé, il faut que les dix systèmes soient en bonne santé.

Dans le corps humain, on ne peut pas isoler un système des autres. Tout est organiquement connecté. Mais on peut être un spécialiste d’un système. En théorie, on peut analyser un système. Et tout comme ceci est utile dans le monde de la médecine, ceci est aussi utile dans l’Église, parce que l’Église est aussi constituée de systèmes.

Les systèmes de la vie en Église

L’Église est constituée, en quelque sorte, de cinq systèmes :

  1. Le culte
  2. Les ministères
  3. La communauté ou la vie fraternelle
  4. Le discipulat (la formation pour être disciple)
  5. L’évangélisation

Cette formulation vient de Aparacida (1) et aussi des enseignements du pasteur Rick Warren, aux États-Unis. Est-ce que Rick Warren a appris de Bergoglio ou Bergoglio de Rick Warren? Cela, on ne le sait pas. Peut-être bien qu’ils ont simplement lu les Actes des Apôtres. C’est très utile pour nous de définir ces mots. Avez-vous déjà eu une conversation avec quelqu’un alors que vous utilisiez les mêmes mots, mais que vous ne parveniez pas à vous comprendre? Vous avez alors réalisé que vous ne donniez pas le même sens aux mots que vous employiez; les mots que vous utilisiez n’avaient pas la même définition pour votre interlocuteur. C’est donc bien important de définir les termes.

Le culte: Il s’agit de culte dès que notre cœur ou notre l’âme s’élève vers Dieu. Pour nous, les catholiques, cela se produit d’une façon tout à fait spéciale lors de la liturgie, spécialement lors de l’eucharistie qui est la source et le sommet de la vie chrétienne. Mais l’eucharistie, bien sûr, n’est pas toute la liturgie, ou tout le culte chrétien.

Les ministères: On peut employer le mot ministère à chaque fois que quelqu’un reçoit un service à l’intérieur de l’église paroissiale ou à l’extérieur de l’église. Toutes les paroisses ont besoin de services à l’intérieur de l’église, pour faciliter les services à l’extérieur de l’église. Malheureusement, dans plusieurs paroisses, il n’y a que des services internes, dédiés seulement aux personnes qui fréquentent l’église. Mais on peut dire en vérité qu’à chaque fois que quelqu’un est servi, un ministère est exercé.

La communauté: Le mot « communauté » vient du mot grec Koinonia qui signifie « communion fraternelle ». Il s’agit ici de la véritable communauté chrétienne où les gens partagent au niveau du cœur, au niveau de leur vie. C’est le cas où les gens se sentent responsables les uns des autres et dépendants les uns des autres. Ce n’est pas un rassemblement d’étrangers; c’est un rassemblement de personnes qui désirent vraiment être ensemble pour partager et s’aimer.

Le discipulat ou la formation des disciples: Le discipulat se vit à toutes les fois que quelqu’un grandit dans la foi et l’amour et à toutes les fois que quelqu’un se forme (s’équipe) pour le ministère.

L’évangélisation : Il s’agit de la proclamation explicite de Jésus. Le pape Paul VI, dans l’exhortation apostolique Evangelii nuntiandi, dit que l’évangélisation implique toujours la proclamation explicite de Jésus. Il dit qu’il n’y a pas d’évangélisation si le Nom, la Personne, l’enseignement et les promesses de Jésus de Nazareth ne sont pas explicitement proclamés.

Je vais vous raconter une petite histoire: un jeune prêtre est venu me voir après que j’aie donné l’enseignement que je vous donne aujourd’hui. Il m’a dit que dans sa paroisse, les gens ne s’entendent pas bien, qu’il y a des guerres de pouvoir, qu’on manque de charité. Je voyais bien que cette communauté chrétienne était repliée sur elle-même. Je lui ai posé cette question: « Que faites-vous pour l’évangélisation, que faites-vous comme évangélisation? » Il m’a répondu « Nous avons la messe ». Je lui ai dit que cela, c’était le culte. Il m’a dit qu’ils ont plusieurs services. Je lui ai dit que cela, c’est le ministère. Il m’a dit qu’il y avait des occasions où la communauté était réunie, lors de bingos, par exemple. Je lui ai dit que cela ressemblait plutôt à des réunions sociales et que si c’était vraiment des réunions de communauté, cela regardait le système qu’on appelle « la communauté ». Il m’a dit qu’il y avait des cours de Bible. Je lui ai demandé si les gens qui ne fréquentent pas l’église viennent à ces cours. Il m’a répondu que non. Je lui ai dit que cela regardait la formation des disciples. Il s’est alors rendu compte que dans sa paroisse, on ne faisait rien pour « l’évangélisation ».

Conclusion : Si tout est évangélisation, rien n’est évangélisation.

Questions pour un partage:

Lors d’une rencontre de cellule paroissiale d’évangélisation, quel système ou quels systèmes de la vie ecclésiale sont mis en action, sont vécus?

Quel est le système de la vie ecclésiale qui t’apporte le plus de satisfaction personnellement?

(1) Quand, en Église, on fait mention de « Aparacida », on se réfère à un document émis par la conférence épiscopale de l’Amérique latine dont le cardinal Jorge Bergoglio (notre pape actuel) est le principal auteur.

 

Imprimer

Soyez le premier à commenter