L’écosystème de la formation de disciples missionnaires: un exemple pastoral

Le Messager de Saint-Antoine, mars 2017

préparation au mariage

Nous avons découvert dans les articles précédents les principes fondamentaux de l’écosystème. Voyons comment ces principes ont un réel impact pastoral à l’aide d’un exemple concret.

Dans la nouvelle paroisse où je suis, on m’a demandé d’accompagner l’équipe de préparation au mariage. À l’époque, je découvrais les principes de l’écosystème. Je leur ai fait part de mon désir de voir avec eux comment on peut évoluer. De fait, des insatisfactions étaient présentes; la plus importante était la suivante : on ne revoit plus les fiancés à la paroisse après le mariage. Notre service de préparation est tellement bien qu’on n’a pas besoin d’avoir recours au service après-vente! Et donc, pas de disciples missionnaires…

Évaluer l’écosystème de préparation au mariage

Dans un premier temps, j’ai initié l’équipe aux principes de l’écosystème. Ils ont compris pourquoi les fruits espérés n’ont pas été produits et comment il est possible de faire autrement pour susciter un changement positif. On a acquis la certitude que les choses se règlent progressivement. Nous avons pris le temps de faire le bilan de notre écosystème.

Le bilan de l’écosystème

Nous partagions la profonde conviction qu’il est possible d’aider les fiancés à devenir « disciples missionnaires ». À partir de là, nous avons évalué particulièrement le 5e principe, plus concret et plus visible: les contextes de formation. Trois constats importants ont émergé:

  1. Notre préparation au mariage était principalement articulée autour des rencontres en grand groupe. Tous les fiancés étaient accueillis dans une même salle pour recevoir en même temps leur enseignement. 
  2. Les rencontres dans le « un à un » en particulier avec le prêtre étaient limitées à la préparation de la célébration du mariage. Rien pour l’accueil de la demande et pour aider à entrer dans la démarche de préparation. 
  3. Rien du point de vue des petits groupes, sauf pour un couple-parrain qui a invité ses quatre couples fiancés à vivre les petits groupes de Carême. Ce n’était pas au programme. Étonnement, tous les fiancés ont accepté. AAu terme de cette expérience de petits groupes, les fiancés maintenant mariés se revoient et continuent leur chemin de vie chrétienne avec la communauté. Ô Miracle! Deux d’entre eux se sont ajoutés à l’équipe de préparation. Nous avions découvert la valeur du petit groupe comme facteur d’intégration et de croissance. Les fruits étaient évidents. 

Trois éléments nouveaux sont à l’oeuvre depuis:

  1. Les rencontres en grand groupe sont moins nombreuses et ont lieu dans une dynamique « Alpha » avec les paroissiens dans un contexte plus fraternel, avec davantage de témoignages. 
  2. Les prêtres se sont engagés à rencontrer les couples au début et au terme de la préparation. Au besin, ils sont disponibles au cours de la démarche pour assurer le suivi. 
  3. Les petits groupes sont proposés à tous les fiancés avec comme outils pédagogique Le carnet de route aux fiancés qui permet au couple de se réunir une heure par semaine sur un thème biblique concernant le mariage. 

L’écosystème est à l’oeuvre!

On s’en reparle!

 

Texte paru dans Le messager de Saint-Antoine, mars 2017. 

Imprimer
Mario Saint-Pierre
A propos Mario Saint-Pierre 12 Articles
Le Père Mario St-Pierre est prêtre et théologien

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire