La contemplation transformante (2e partie)

Contempler la relation intime qui unit Jésus à son Père

contempler dans la Bible la relation intime qui unit Jésus à son Père

« Le chemin d’un baptisé, qui désire parvenir à la sainteté, n’est pas lié à un perfectionnement progressif de sa nature, mais à une contemplation transformante de la Trinité Sainte ».  Dans le dernier enseignement, nous avons regardé brièvement qu’est-ce que pouvait signifier la contemplation transformante de la Trinité Sainte.  Nous avons terminé en disant que cette contemplation de la Trinité se fait en contemplant Jésus, parce que c’est uniquement à travers la personne de Jésus que nous avons accès à la Trinité Sainte.  Et alors nous allons poursuivre aujourd’hui en regardant trois lieux où nous pouvons contempler Jésus.  Nous pouvons le contempler dans l’Évangile, bien sûr, nous pouvons le contempler dans notre cœur et nous pouvons le contempler dans notre vie.

D’abord dans l’Évangile. C’est le lieu le plus habituel de contemplation de Jésus.  On lit un passage d’Évangile, et ensuite qu’est-ce qu’on fait ?  On le relit.  Et ensuite qu’est-ce qu’on fait ?  On le relit encore une fois.  C’est très important la relecture, c’est très important, l’expérience de la relecture, parce que c’est le seul moyen de parvenir à la contemplation.  Si on lit juste une fois, nous on est des gens pressés, on lit une fois puis on veut comprendre tout de suite, alors là qu’est-ce qu’on fait, on va se retrouver dans notre tête.  Et là on va chercher à comprendre, ce seront des mots, des idées.  Mais la contemplation demande « la relecture », et là je peux méditer un peu, essayer de comprendre.  Et là j’entre en prière. La prière c’est un dialogue.  Je prie, je parle à Dieu, je parle à Jésus, je parle au Père.  Et là dans ce dialogue, dans cette prière, je descends, je demande à Dieu la grâce d’entrer en contemplation, dans ce lieu de mon cœur où il n’y a plus de mots, mais il y a une présence.  Je suis en présence de Dieu.  C’est une grâce, c’est une grâce la contemplation, ça ne se provoque pas.  Mais, on peut se disposer à recevoir cette grâce.  Et petit à petit, un petit bout de contemplation ici, un autre petit bout là, parfois un grand bout, ça dépend, petit à petit cette contemplation me transforme à l’image de Jésus.  Et qu’est-ce qui va caractériser la contemplation par rapport à la méditation? C’est que dans la méditation, souvent on regarde Jésus, on regarde Jésus qui guérit, Jésus qui pardonne.  Et là on fait des applications à nous, Jésus me guérit, guérit mon cœur, mon âme, ma santé, Jésus me pardonne.  Et puis là on peut faire une application missionnaire. Jésus en moi veut pardonner, veut aimer, il m’appelle, etc.  Alors, nous sommes toujours dans une relation entre Jésus et nous.

Mais, dans la contemplation, qu’est-ce qui se passe ?  Jésus nous fait entrer dans sa relation avec le Père.  Nous contemplons Jésus dans son intimité, dans sa relation avec le Père.  Voyez: contemplation transformante de la Trinité Sainte.  Je contemple Jésus dans sa relation avec le Père.  Jésus guérit.  Pourquoi Jésus guérit ?  Parce qu’il veut faire la volonté du Père.  Pourquoi Jésus pardonne ?  Parce qu’il y a en lui l’Amour du Père.  Pourquoi Jésus va souffrir la passion et mourir sur la croix ?  Parce que c’est la volonté du Père qui s’accomplit en lui, c’est le désir qui l’anime.  Et là, j’entre dans cette contemplation, voyez.

Et cette contemplation que je fais d’abord dans l’Évangile, ensuite je peux la faire dans mon cœur, parce que je le connais, l’Évangile.  Je connais l’Évangile par cœur, alors je n’ai pas besoin de l’ouvrir.  N’importe quand je m’arrête, et je descends dans mon cœur, et je vois Jésus et là je contemple Jésus, et là je demande à Jésus de me faire voir son intimité avec son Père, voyez, son intimité avec le Père.  Et là j’entre dans ce mouvement. 

Et troisième lieu de contemplation, auquel nous sommes moins habitués, auquel nous sommes invités, c’est contempler Jésus dans notre vie.  Jésus vit en moi. Toujours Jésus vit en moi, toujours.  Moi je ne suis pas toujours présent à lui, mais Jésus vit toujours en moi, depuis le premier instant de ma conception, il vit en moi.  Tout ce que je vis, Jésus le vit en moi.  Alors je contemple Jésus qui vit en moi.  Lorsque j’aime, c’est Jésus qui aime en moi.  Lorsque je rends service, c’est Jésus qui rend service en moi.  Lorsque je pardonne, c’est Jésus qui pardonne en moi.  Lorsque j’enseigne, c’est Jésus qui enseigne en moi.  Lorsque je souffre avec patience, c’est Jésus qui vient souffrir en moi, etc, etc.  Lorsque je prie, c’est Jésus qui prie en moi.  Alors Jésus vit en moi.  Je contemple Jésus qui vit en moi, et là, je lui demande de me montrer son intimité, sa relation avec le Père.  Jésus prie en moi, parce qu’il est en relation avec le Père.  Jésus aime en moi, parce qu’il accomplit l’œuvre du Père.  Jésus pardonne en moi pour accomplir la volonté du Père.

Et là, au fur et à mesure où j’entre dans cette contemplation je suis happé de l’intérieur, il y a un grand souffle, c’est le souffle de l’Esprit Saint, qui est une puissance divine, une puissance qui me saisit, qui me soulève, qui est beaucoup plus forte que moi-même, et je suis entraîné dans le mouvement d’amour trinitaire.  Je me laisse entraîner dans le mouvement d’amour trinitaire.  Je dépose les armes, je laisse de côté mes connaissances, je laisse de côté mes capacités, je laisse de côté mes projets, et je me laisse prendre dans ce grand mouvement d’amour trinitaire.  Ce grand souffle d’amour trinitaire.  Et c’est là que va naître la puissance de l’amour.  Pourquoi les saints, les saintes ont une capacité d’aimer exceptionnelle ?  C’est parce que ce n’est pas leur capacité d’aimer.  Ils sont saisis de l’intérieur, entraînés de l’intérieur, transformés à l’image de Jésus.  C’est ça notre destinée. Romains 8, 29, on sait ça par cœur : « Le Père nous a destinés à devenir conformes à l’image de son Fils ».  Non pas une image extérieure, pas juste en reproduisant extérieurement ses attitudes, mais l’image intérieure, sa relation personnelle et intime avec le Père, son désir d’accomplir la volonté du Père, et c’est ce désir qui tire Jésus de l’avant et qui lui donne la persévérance, la patience d’aller jusqu’au bout de son amour, qui fait en sorte que les épreuves ne l’arrêtent pas, la souffrance ne l’arrête pas, le fait que ses apôtres l’ont abandonné ne l’arrête pas. Pourquoi? Parce qu’il a cette intimité avec le Père, et c’est cela aussi en nous, voyez!

Alors, je m’excuse de me laisser prendre comme ça, de me laisser emporter, mais c’est grand, c’est grand. Et c’est sûr, si on met des limites à l’Amour de Dieu, si on met des limites à la sainteté à laquelle nous sommes appelés, parce qu’on dit ha, moi je suis pas capable, moi je suis pas saint, moi je ne suis pas comme ci, comme ça.  Ça n’a rien à voir. Rien à voir!  C’est la puissance d’Amour du Père en toi, en moi.  Alors nous sommes invités, nous, à vivre cette contemplation transformante.  Ça c’est le chemin, ou un chemin, par lequel nous laissons Dieu être Dieu en nous.  Nous laissons Dieu accomplir l’œuvre de sanctification en nous, contemplation transformante.  Prendre le temps, jour après jour, de lire l’Évangile. Non seulement de le lire, non seulement de le méditer, non seulement d’en faire une prière, mais d’entrer, le plus que nous pouvons, dans la contemplation de l’intimité de Jésus avec son Père.  Contempler Jésus dans notre cœur, contempler Jésus qui vit en nous, voyez. Le chemin d’un baptisé appelé à la sainteté, n’est pas la transformation progressive de sa nature, mais la contemplation transformante de la Trinité Sainte.  Amen !

 

Pour approfondir l’enseignement

  • À la suite de cet enseignement, qu’est-ce qui monte dans mon cœur ?
  • Quand ai-je déjà vécu cette expérience d’être transformé par la contemplation de Jésus ?
  • Comment cette contemplation transformante peut-elle me rendre davantage évangélisateur ?

Pour aller plus loin cette semaine

  • En lisant un passage de l’Évangile, je prends le temps de descendre en moi, je demande la grâce de la contemplation, et j’entre dans la relation intime qui unit Jésus à son Père.
Imprimer
Nicolas Tremblay
A propos Nicolas Tremblay 17 Articles
Nicolas Tremblay est prêtre dans le diocèse de Joliette.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire